Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Les animaux de la ferme


Le saviez-vous? Une ferme d'exception avec des fromages bios d'exception ... Poitevine !

20271791_2321807401378020_311367439_n.jpg
Le saviez-vous ?

 

97 % de l'élevage caprin en région Nouvelle-Aquitaine est en hors-sol...

où les chèvres ne sortent pas du tout (éventuellement lors du curage de l'aire paillée; 3-4 fois par an..).

 

La moyenne en Poitou-Charentes/Vendée est de 400 chèvres par ferme (fermes laitières) et pas de pilier génétique retenu et obligatoire de races poitevines pour les cahiers des charges "AOC" ...

en général, ce sont des chèvres de race alpine ou saanen et il existe un élevage jusqu'à 1500 chèvres !

 

C'est pour cette raison que dans les paysages de cette région, nous ne voyons pas de troupeaux dans les prés...

sauf à Berthegille et à de rares exceptions ! Et on nous parle d'AOC. 

 

Ce qui fait que notre ferme bio fait partie des 3 % d' élevages caprins d'animaux plein air extensif et heureux, à l'herbe, reproduction naturelle, et une des rares à élever de vraies chèvres d'origine locale, race ancienne et donc du fromage réellement paysan, artisanal, bio, ancré patrimoine et local... sans "AOC" ...et traites à la main chaque matin en saison...

(Car en plus on respecte la saisonnalité et les petits, avec lesquels on partage puisqu'ils restent sous les mères).

poster 2017.jpgcollage des secs 2017.jpg

La population de ces chèvres poitevines qui ont failli disparaître est environ seulement 3600 chèvres adultes en 2018 ...

 

D'après une synthèse du paysage fromager fermier de Nouvelle Aquitaine/Vendée, le département du 17 tient la palme d'or :

24% des fromagers fermiers sont en poitevines et 100% des fromagers bios du département sont en poitevines ! 

Sur les 5 éleveurs fromagers bios en 17, les 5 sont en poitevines.

 

 

Chez nous, à la ferme Earl Val de Seudre Identi'Terre, nos fromages sont uniques et sans process industriel... respectueux des animaux, de la nature, des humains, des paysages, des générations futures, des consommateurs et fait avec un ingrédient unique : l'amour ! Nous faisons partie de L'ADDCP, Association de Défense et Développement de la Chèvre Poitevine.

 

 

population poitevine.JPG

 

 

 

... et grâce aux paysans éleveurs et passionnés : 

 

 

popu poitevine 2006.JPG

chevreaux 2017 (5).jpg

 

traite de mars 2018.JPG

 

 

 

benoît-à-la-chèvrerie.jpg


Origines de la race Poitevine 

 

Suivant les différents auteurs ayant rédigé des ouvrages sur l’élevage caprin, cette race prend des dénominations différentes telles que chèvre du Poitou ou chèvre Poitevine. La région des sources de la Sèvre Niortaise est considérée comme le berceau de la race Poitevine : cantons de la Mothe –Saint-Héray, Celles-sur-Belle, Briouxsur-Boutonne, Melle, Lezay, Chef Boutonne et Sauzé-Vaussais dans le département des Deux-Sèvres. Le centre de ce berceau d’origine est l’Est du Plateau Mellois, d’où très rapidement la chèvre Poitevine a conquis les provinces du Poitou, de l’Angoumois, de l’Aunis et de la Saintonge. Selon Sanson (1878), la chèvre Poitevine fait partie du groupe du Massif Central auquel on peut rattacher les chèvres du Berry et de Touraine. Elle est considérée comme un rameau bien fixé de la chèvre commune (capra hircus vulgaris) qui peuplait tout le centre et l’ouest de la France. C’est la dernière représentante du type indigène commun océanique. En fait, il s’agirait d’un rameau de la chèvre commune domestiquée au Moyen Orient et qui a suivi l’Homme d’abord sur les rives de la Méditerranée, puis dans le Massif Central et ensuite dans le Centre Ouest.

 

D’autres encore remontent aux invasions arabes expliquant ainsi la similitude de la longueur du poil avec de nombreuses races du bassin méditerranéen. On retrouve ici la fameuse légende racontant que la chèvre Poitevine a été amenée en Poitou par les envahisseurs arabes au VIIIème siècle. Lors de la bataille de Poitiers en 732, les arabes repoussés, ont fait demi tour et ont laissé leurs chèvres qui en s’adaptant ont donné la chèvre Poitevine. La présence d’os de caprins remontant à environ 3000 ans avant J.C. dans les fouilles des sites archéologiques, montre que son exploitation par les habitants de cette région, fut bien antérieure même à la colonisation romaine. En ce sens, d’autres tendent à penser qu’elle est arrivée avant la conquête de la Gaule par les romains.

 

(suite et source ici :  http://www.chevre-poitevine.org/wp-content/uploads/2010/12/HistoireEtRenaissanceDeLaPoitevine.pdf )

Films Pédagogiques :
web-3.jpg
 
Petit film pédagogique sur l'élevage plein air en Agriculture Biologique et agroécologie, de la race locale Poitevine à faible effectif, avec sa logique agronomique et relationnelle du partenariat respectueux entre l'Homme et l'Animal. 
La ferme Val de Seudre Identi'Terre est adhérente à l'ADDCP.  
Un montage réalisé par Stéphanie Muzard-Biteau, www.latelierdesmuses.com, en coproduction avec Ruralimages, www.ruralimages.fr, association reconnue d'utilité publique. 
transhumances-et-coquelicots-visuel-web.jpg
 
 
 
Film participatif de Stéphanie Muzard et Denys Piningre.
2018.

Version basse définition MP4 pour internet. meilleure définition à venir. 

Si vous souhaitez participer à l'aventure de ces "images qui vous regardent", l'association Ruralimages a besoin d'adhérents, reconnue d'intérêt général ( donc rescrit fiscal ) et de dons pour son fonctionnement. déjà plusieurs dizaine de films, clip, infos alertes citoyennes, pédagogie environnement en diffusion gratuite avec des milliers de vues et beaucoup de bénéficiaires de ce travail bénévole... merci rejoignez Ruralimages ! www.ruralimages.fr 


 

 


08/02/2019
0 Poster un commentaire

"Elvis a le vice"

elvis-a-le-vice-visuel.jpg-web.jpg

 

 

 



22/10/2018
4 Poster un commentaire

"Chienne de vie à la ferme !" Film pédagogique

chienne de vie.jpg

 

Film pédagogique sur la vie de quelques animaux dans une ferme agroécologique. Mars 2018. Droits : www.latelierdesmuses.com 


Alors je préviens de suite les adeptes végans ignorant de l'élevage paysan agroécologique qui s'offusqueraient de voir trois chèvres entre palettes et en retrait : ce sont des bébés ayant du mal à téter, qu'on aide et surveille tous les jours et afin que les mères s'en occupent les premiers jours. :-) pendant que les autres cavalent libres. Abruti ne sera pas mangé : il est en retraite jusqu'à sa belle mort naturelle... et Djo, mangeant des croquettes, des os, des restes n'est pas torturé non plus, les chevrettes ( bébés de l'an dernier) sont mises à l'écart du mâle car nous estimons qu'elles sont trop jeunes pour le bouc Komissaire qui règne en maître sur son harem, faisant l'amour à ces dames lorsqu'elles le désirent puisque sans chaleurs de leur part : pas de copulation possible ! Djo est de race cocker bleu américain, Abruti est de race maraîchine, les chèvres sont de races poitevines.... le seul intrus de l'histoire des préservations des races locales à faible effectif est Djo qui s'est pointé un beau jour nous adopter et a décidé de faire sa vie ici.

 


15/03/2018
8 Poster un commentaire

Chèvres poitevines, le dernier petit film pédagogique

web-3.jpg

 

 Petit film pédagogique sur l'élevage plein air en Agriculture Biologique et agroécologie, de la race locale Poitevine à faible effectif, avec sa logique agronomique et relationnelle du partenariat respectueux entre l'Homme et l'Animal. 

La ferme Val de Seudre Identi'Terre est adhérente à l'ADDCP.  bandeauaddcp3.jpg


Un montage réalisé par Stéphanie Muzard-Biteau, www.latelierdesmuses.com, en coproduction avec Ruralimages, www.ruralimages.fr, association reconnue d'utilité publique.

 


11/03/2018
2 Poster un commentaire

Film animalier 2017 : les maraîchins et la jersiaise

2017, année sans veaux ou presque...

 correctif le 17 octobre : Nénuphar est une fille !

 


IMG_0017.jpg

Abruti, le maraîchin retraité

 

14352387_1572757996365599_5154134947143122278_o.jpg

Abruti, à ses heures de gloire...

14361330_1572695743038491_631977348789969293_o.jpg

 

Sieur Abruti, notre héros, s'est avéré précocement stérile puisque ayant honoré ses dames (preuves photographiques et témoins à l'appui), nos belles maraîchines n'ont pas connu les joies de la maternité cette année... Il passe donc paisiblement sa retraite avec LULU le mulet, tandis que nous avons eu la joie d'accueillir la star Fernandel pour le remplacer au meuh levé, pour le casting des aventures "Au bonheur des vaches". N'ayant rien à envier à Rocco, discret, un peu Dandy, mais semble-t-il efficace, Fernandel a donc rejoins le plateau de tournage des marais de la réserve naturelle pour séduire le harem.  Il pourra toujours leur chanter Ignace... puisque Ignace, aussi- quelle félicité ! - est quant à lui devenu l'étalon Baudet du Poitou ! 

 

20799118_10211682127542833_5889607764915134018_n.jpg

Fernandel, les vaches et le prix saunier...

 

IMG_20170624_180645.jpg

Ignace, tant chanté par Fernandel...

 

Puis, un jeune premier est venu faire son entrée dans l'équipe des acteurs prépondérants de la ferme...

Neptune, jeune talent né en janvier, nous a été recommandé par Théophane qui est parti remonter une ferme en Ecosse et il nous a donc confié ce jeune premier de la classe.

 

21268119_2012114069065150_962770502_o.jpg

Neptune, le maraîchin de janvier

 

 

Ah Neptune ! Il pourra espérer remplacer Fernandel, lorsqu'il aura acquis quelques heures d' art comique et acrobaties diverses, et cours réservés aux adultes dans l'art d'aimer ! Pour ce faire, il a été en stage avec les juments Trait Poitevin Mulassier, qui, en bonnes vieilles gardiennes des prés, lui inculqueront sans manières, l'art de devenir cavalier avec les femelles à mamelles ! Il en a été tellement ému qu'il faisait des bonds dans la prairie sans petite maison....

 

Puis... surprise !

 

A l'occasion d'un changement de parc naturel avec les Dames maraîchines, nous voilà avec Brina et Muguette, les inséparables jersiaises (presque soeurs jumelles ! Mais pas Demoiselles de Rochefort ), qui l'air de rien avait commis quelques cabrioles bien avant d'échapper à leur destinée première : la fin de leur carrière, clap de fin, en novembre 2016. Sauvées in extremis, elles étaient arrivées à la ferme en décembre, scrutées par Abruti mais qui n'avait pu les séduire que du regard, puisque n'ayant pas la même loge !

Nous les avons placées avec les chèvres - dont Nabila à ses débuts tétées visuelles- pour les amener en fin d'été rejoindre les maraîchines à La Massonne.

 

Brina, d'un naturel plutôt calme et nonchalant, avait fait un sketch étonnant à Benoît, pour que celui-ci lui ouvre la clôture qu'il avait refermée la veille.

C'est que la bougresse l'engueulait fort afin d'obtenir une sortie permissive sans donner clairement de raison à sa saute d'humeur...

Benoît, en metteur en scène et impresario confiant, lui a donc ouvert les portes du succès, sans trop savoir pourquoi de telles réclamations et de soudains caprices de starlette sans haras.

Elle est donc ressortie, au pas cadencé, roulant ses fortes hanches et traînant sa forte poitrine, façon hollywoodienne, dans les herbes sauvages des marais. Elle savait où elle devait aller et se retournait en appelant son mécène du Meuh qu'elle pouvait, afin de bien se faire remarquer...

 

"Suis-moi, beau gosse, j'ai un truc à te montrer ..." semblait-elle lui susurrer en mode Pin-up !

 

Les voilà tous deux partis en grande vadrouille, jusqu'au fond d'un îlot.

Oh, ce n'était pas le décor exotique du "Sauvage" avec le couple Deneuve-Montand, non, non... mais un petit coin de marais bien paisible, sans caméra ni surveillance.

 

Et là... surprise !  Késako ? Un petit 100 % Jersiais !

 

IMG_20170909_105547.jpgIMG_20170909_105611.jpg

Nous l'avons baptisé Nénuphar des marais et avons découvert que son père était Kézako, le fils de sa copine Muguette...

Avouez tout de meuh, que l'intrigue de ce scénario était bien meuh né ! 

 

Plus belle la vie !

 

"Un tien veau mieux que deux tu l'auras"...

 Texte : Stéphanie Muzard. 

 

IMG_0066.JPG
 

 

 

 

 

 


20/09/2017
1 Poster un commentaire