Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Actualités de l'élu Benoît Biteau sur TVcitoyenne.fr


16/01/2016
4 Poster un commentaire

Les pâtés de viande maraîchine

P9120303.JPG

 

[autonomie alimentaire de la ferme]
Mes 1ers pâtés bios en conserve, maison et fermiers pour auto consommation :
viande de race maraîchine*, chaire à saucisse de porc **, oeufs de Marans *, lait de vache**, Cognac**, ail*, persil*, échalote**, sel et poivre** noix de muscade**, noisettes**, graines de moutarde et de coriandre**, feuille de laurier *
 
Recette personnelle, ingrédients :
* production de la ferme
** biocoop ou camarade paysan viticulteur local
 
Il ne nous restera plus qu'à essayer et goûter !
Les prochains seront au sanglier, au chevreau, au veau, aux abats ( foie, coeur, tête...) valorisation du stock ! 
 
 
Textes, recettes et photos : ©L'Atelier des Muses
 
P9110296.JPG
P9120299.JPG

12/09/2022
5 Poster un commentaire

FNSEA la main dans le sac et t'Chine t'Chine en deux clips : La culture, une chance pour la France !

visuel.JPGvisuel.JPG

Par Stéphanie.

 

 

Réponse et dédicace à Bruno, un dimanche soir, illico, cocoricoooooooooo !
sur la page facebook et les échanges de ce fil 

Benoît Biteau 

Expliquer, transmettre, convaincre les jeunes pour réussir à bâtir un avenir aux générations futures.
Conférence "Agriculture et changement climatique : changer nos habitudes de production" avec Benoît Biteau 

Bruno Hyais à Benoît Biteau : "Pourquoi vous n'avez pas écrit...changer nos méthodes de consommation ?
C'est le consommateur qui dirige la production....tant que le consommateur recherchera un prix...aucun changement possible..Vous, en tant que député européen vous savez que les frontières sont ouvertes aux importations de produits qui ont DÉJÀ des normes bien éloignés des nôtres."

 donc voici ma réponse....


Toute diffusion autre, téléchargement ou exploitation sont soumis
aux respects des droits de l'auteur et à son autorisation.
©www.latelierdesmuses.com
©L'Atelier des Muses 2022

 


 

 

"La FNSEA, t'Chine t'Chine à la santé des usines!"
par Stéphanie Muzard, paysan'artiste bio

Dédicace à Bruno Hyais, exploitant céréalier dans le Loiret
et à Patrick Chantemargue, éleveur bovin dans la Vienne
Sans buts lucratifs, IRL 
("In real Life", comme on dit dans les cabinets digitaux de la fintech 
et les milieux autorisés et confinés. Traduction "sans la vraie vie")
droit de réponse discussions débats 
images, montages, textes, de Stéphanie Muzard
© L'Atelier des Muses
24 Août 2022, Made in ferme paysanne bio, FRANCE



Tous publics 
Durée : 3mn15



24/08/2022
1 Poster un commentaire

Un nid au poil !

P8230987.JPG

Les reines de l'écoconstruction !  Un nid de Chardonneret élégant dans le petit poirier.

Ici :poils de chèvre, de baudets, de chevaux, brindilles, mousse, feuilles, cheveux et fils synthétiques d'emballage de foin ! Bravo  Madame !  


23/08/2022
2 Poster un commentaire

Bienvenue à ces mammifères volants, espèces protégées !

chauve souris.JPG

Biodiversité à la ferme : trop heureux de constater de nouveaux voisins et alliés !

Des chauve-souris ont trouvé cette pièce et l'alimentation bio et proche à leur goût, de poutres en poutres, en cohabitation trio ou duo... je n'ai plus qu'à ramasser leurs déjections pour le potager ;-) .... peut-être et sûrement que d'autres séjournent ailleurs autour de nous mais celles-ci sont visibles !


-----------infos 

"protégée par la loi du 10 juillet 1976, tout comme son habitat d’ailleurs… un juste retour des choses pour ce mammifère hautement persécuté pourtant d’une grande utilité. La loi interdit strictement à toute personne de transporter des chauves-souris, qu’elles soient mortes ou en vie, de les déranger, de les capturer, de les détruire et de les mutiler ou bien encore de les naturaliser."


seul mammifère volant du règne animal, + de 1200 espèces, insectivores. Elles représentent une aide précieuse pour l’homme et les cultures car elles dévorent chaque nuit 50 % de leur poids en insectes nocturnes comme les papillons de nuit, les coléoptères, les moustiques…). Le rôle dans l’écosystème de ce mammifère volant est vraiment important d’autant plus que ses déjections sont utilisées – avec les excréments d’oiseaux – pour préparer une substance fertilisante riche en azote : le guano.


Chauve-souris : des détails anatomiques hors-norme !


La chauve-souris est pourvue de détails anatomiques étonnants. Son nom « Chiroptère » signifie « vole avec ses mains ». Elle possède des ailes formées d’une membrane et de ses bras, ses mains et ses doigts.

Quant à l’écholocalisation chez la chauve-souris, c’est un dispositif naturel incroyablement bien développé. La chauve-souris possède en effet des cordes vocales avec lesquelles elle émet des ultrasons, soit par la gueule, soit par le nez, dont la majeure partie est inaudible par l’homme. Ce phénomène, appelé écholocalisation, permet à ce mammifère de se diriger. Mais ce n’est pas tout !

Ses proies sont également localisées de cette façon, tout comme leur texture, leur grosseur et le sens de leur déplacement. Le principe est assez simple à comprendre : les ondes sonores émises par les chauves-souris se répercutent sur toute surface environnante avant de revenir à leurs oreilles et d’être analysées par leur cerveau. La chauve-souris possède donc une sorte de sonar qui lui permet de se déplacer à l’aveugle. C’est un peu comme si elle pouvait « voir » avec ses oreilles.

La chauve-souris mue une fois par an

Chauve-souris : un mammifère étonnant ! 


Un grand nombre d’espèces de chauves-souris dorment la tête en bas, suspendues par leurs pieds munis de griffes à de nombreux supports (voutes, charpente, branches. Elles hivernent dans des lieux retirés où règne une température relativement douce comme les cavités naturelles des troncs d’arbres, les ponts, les caves, les souterrains. Parfois, pour trouver un lieu d’hibernation adapté que l’on nomme l’hibernacle, elles n’hésitent pas à parcourir de nombreux kilomètres. La difficulté pour la chauve-souris est de pouvoir passer l’hiver dans un lieu suffisamment humide pour protéger ses ailes qui se dessèchent assez facilement. Après environ cinq mois passés à l’abri du gel, soit dès le mois de mars, les chiroptères reprennent une vie active.

C’est en plein été qu’a lieu l’accouplement. Mais le sperme séjourne dans les voies génitales de la femelle jusqu’à la fin de la période d’hibernation. A ce moment seulement ont lieu l’ovulation puis la fécondation.Après une période de gestation de 45 à 70 jours, naît un seul petit dans la majeure partie des cas. A peine né, il vient s’accrocher à une mamelle de sa mère qui l’allaite jusqu’à ce qu’il puisse se nourrir seul. C’est entre l’âge de 4 et 6 semaines que le jeune est sevré.

Forte mortalité chez les jeunes chauves-souris
Puces, tiques et autres parasites sont les grands ennemis des chauves-souris. Mais ses prédateurs sont :

Les petits carnassiers comme la fouine et le chat,
Certaines araignées,
Les rapaces dont les principaux sont la chouette, le hibou, la buse, l’épervier,
Les serpents.
La majeure partie des prédateurs sont à l’affut des jeunes chauves-souris qui, lorsqu’elles ne sont âgées que de quelques jours à quelques semaines, ont encore du mal à rester accrochées aux mamelles de leur mère et plus tard aux voûtes. Nombre d’entre elles tombent et meurent. Cela explique pourquoi le taux de mortalité des chiroptères est surtout très élevé durant leur premier mois de vie.

Passé cette période durant laquelle la chauve-souris est particulièrement vulnérable, elle affiche une longévité qui peut allègrement atteindre une bonne dizaine d’années, ce qui est rare pour de petits animaux. Des scientifiques ont même retrouvé une chauve-souris de 41 ans. Cela compense en partie un taux de reproduction relativement faible.

Cette longévité considérée comme exceptionnelle fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques. Bien qu’elle dépense énormément d’énergie pour voler, la chauve-souris possède un organisme qui ne subit ni le vieillissement, ni les maladies liées à l’âge comme c’est le cas chez l’homme et les animaux, car son système immunitaire est d’une grande performance. L’allongement inhabituel de la vie chez la chauve-souris est dû au mécanisme exceptionnel des molécules.

La chauve-souris peut être croisée dans toutes les régions de France, dans les sous-bois et au bord des rivières, dans les villages et même en ville. De plus, il existe de nombreux sites de sauvegarde des chauves-souris en France où il est possible d’observer ce mammifère volant. C’est le cas par exemple des réserves naturelles situées en région catalane mais aussi en Bretagne, en Touraine ou encore au sein du Parc naturel régional de Chartreuse entre Grenoble et Chambéry. Prendre le temps de mieux connaître la chauve-souris est indispensable pour changer radicalement la perception que l’on a de cet animal victime de la méconnaissance générale.


sources et en savoir plus :

https://lemagdesanimaux.ouest-france.fr/dossier-78-chauve-souris.html#:~:text=Les%20Miniopt%C3%A9rid%C3%A9s%20%3A%20Miniopt%C3%A8re%20de%20Schreibers,Les%20Molossid%C3%A9s%20%3A%20Molosse%20de%20Cestoni


https://plan-actions-chiropteres.fr/les-chauve-souris/les-especes-en-france/pipistrelle-commune


23/08/2022
4 Poster un commentaire