Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Maïs irrigué. L’obscurantisme du scientisme au service de pratiques irresponsables !

Maïs irrigué.

L’obscurantisme du scientisme au service de pratiques irresponsables !

13912818_10210485255230701_8977097429096283020_n.jpg2016_17_dec .JPG

Photos : irrigation du maïs été 2016, en 17, et état de la rivière à sec en été comme en hiver...

 

Comment, quand on accepte la Présidence d’une Chambre Consulaire, qui lève l’impôt et perçoit des aides publiques de tous les contribuables, peut-on à ce point piétiner la loi sur l’eau, qui je le rappelle précise :

Article 1: L'eau est un bien commun.

Article 2: Priorité des usages:

-1. Accès à l'eau potable

-2. Bon état des milieux aquatiques.

-3. Usage économique, dont l'irrigation ?

 
N'avez-vous pas l'impression que ces deux premiers articles fondamentaux de la loi sur l'eau soient allègrement piétinés par les maïsiculteurs irrigants, avec l'indécente complicité de certains agents de l'Etat?

 

Ci-dessous l’appel irresponsable à la désobéissance :

 

 « Bonjour,
Devant le manque de considération des services de l’État auprès des irrigants, AQUANIDE 17, l'association départementale des irrigants de Charente-Maritime, en accord avec la Chambre d'agriculture, a déposé un recours suspensif auprès du tribunal administratif contre l'arrêté de coupure du 06/07/17 interdisant l'irrigation sur le périmètre de l'OUGC Saintonge.
La profession agricole a toujours pris en compte la problématique de production d'eau potable en faisant des propositions concrètes dès le printemps. Aujourd'hui les cultures ont besoin d'une irrigation jusqu'à la fin du mois afin de sauver ce qui peut l'être.
Nous proposons aux services de l’État pour cela une irrigation maitrisée et adaptée en fonction de la ressource. Mais devant de potentiels problèmes sur la qualité des eaux pour l'eau potable, nos propositions sont balayées et les arrêtés de coupure se succèdent alors que les niveaux d'eau ont fortement augmentés depuis une semaine.
Afin de démontrer la motivation et l'union des irrigants devant les services de l’État, nous considérons que l'irrigation doit débuter dès dimanche 19h. Ceci permettra de donner le ton avant une nouvelle cellule de vigilance prévue le lundi matin. La Chambre d'agriculture de la Charente-Maritime approuve et soutien cette démarche.
 
REPRISE DE L'IRRIGATION DIMANCHE 19H
 
Syndicalement.
 
Mr Tranquard Cédric
Mr Servant Luc
 
Président d'Aquanide 17
Président de la Chambre d'agriculture »

 

Mais comment donc font les agriculteurs qui n’irriguent pas, lorsque l’on sait que le nombre d’irrigants représente moins de 10 % des agriculteurs, amplifiant d’ailleurs l’indécence de la mobilisation de la ressource en eau (80 % de l’eau douce en été !) par une toute petite minorité?

Sur fond de changement climatique, avec des températures plus élevées, une ressource en eau plus rare, quand vont-ils enfin comprendre qu’un changement en profondeur de pratiques agricoles est incontournable ?

 

N’est-ce pas le rôle de la Chambre d’Agriculture de porter et accompagner TOUTE la profession, dans une approche globale et une vision à long terme, ces nécessaires changements, plutôt que de persister et s’entêter dans l’obscurantisme de logiques scientistes, dogmatiques et corporatistes, visant à vouloir toujours  mobiliser plus une ressource en eau pourtant de plus en plus rare, et appeler à la désobéissance alors que les arrêtés préfectoraux exigent l’arrêt complet de l’irrigation ? 

 

Dois-je encore rappeler ici que, sur une parcelle de 10 ha, creuser un trou de 7 mètres de profondeur, monter des digues de 7 mètres de haut, tendre une bâche au fond, et remplir le réservoir, financé par 70 % d’argent public avec l’eau de forages, et qui ne servira qu’à une très petite minorité de maïsiculteurs, n’a absolument jamais fait pleuvoir, et donc ne permet la « création » de ressources ?

D’autant plus que ces équipements, s’ils avaient existé cet hiver, n’auraient absolument pas pu être remplis en raison d’une ressource en eau beaucoup trop rare pour supporter de tels prélèvements.

N’est-il pas temps d’enfin s’atteler aux modifications en profondeur des pratiques agricoles s’adaptant au changement climatique et résolument tournées vers l’atténuation de ce changement climatique, plutôt que de continuer à se saborder dans des fuites en avant ?

La réponse passe par la redécouverte de l’agronomie et …………… du bon sens paysan ! 

 

 

Benoît Biteau.

 

 

Stockage de l'eau, maïs sécheresse et climat, l'expertise de Benoît Biteau

Liens : 

http://www.val-de-seudre-identi-terre.com/stockage-de-l-eau-mais-secheresse-et-climat-l-expertise-de-benoit-biteau

 

Document PDF : https://static.blog4ever.com/2014/09/783997/Les-enjeux-du-stockage-de-l--eau.pdf

 

Avancons vers une agriculture humaniste, responsable citoyenne, contribution sur l'agriculture de Benoit Biteau

Liens :

http://www.val-de-seudre-identi-terre.com/avancons-vers-une-agriculture-humaniste-responsable-et-citoyenne-contribution-sur-l-agriculture-de-benoit-biteau

 

Document PDF :  https://static.blog4ever.com/2014/09/783997/Agriculturecitoyenne-humaniste.pdf



12/07/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 715 autres membres