Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Le potager Bio


Le nouveau potager pédagogique de la ferme


De la terre à l'assiette...

 

DSCN2737.jpg

 

En mars dernier, les travaux de reprise à zéro de l'organisation du potager ont débuté avec Frédéric, un ami de notre ferme, venu d'assez loin pour nous aider avec un grand plaisir partagé à créer des "carrés" rectangulaires...

travaux potager pédagogique (1).jpg

 

Ce potager sert non seulement à l'autonomie alimentaire de la ferme et d'une partie de la nourriture des stagiaires, le surplus est transformé... mais est aussi un terrain d'apprentissages pour les plus jeunes à la reconnection au vivant, la connaissance des plantes sauvages (un peu de botanique), de leur utilisations comestibles, soins phytothérapeutiques (recettes de grands-mères) ou cosmétiques, les semences et semis, les plants, des récoltes de semences, méthodes de luttes biologiques, fabrication de purins, paillages, connaissances de quelques méthodes biodynamiques (calendrier lunaire), cultures associées, connaissances d'insectes et biodiversité, conserves, transformations, recettes, cuisine, l'importance des amendements organiques naturels (fumier des animaux), la multiplication et la gratuité, le troc, le don, la modestie, les échecs et le partage des réussites, les échanges de savoirs ...

 

En effet, la base d'autonomie alimentaire qu'est le simple jardin potager et sa botanique (plantes sauvages)  n'est pas enseigné en lycées agricoles pas plus que les parents de cette génération... C'est un constat fait auprès de lycéens stagiaires qui aiment aussi apprendre ces bases et repartent souvent avec l'envie de faire leur propre potager et découvrent des goûts uniques et des saveurs inédites et saisonnières du frais et du vrai, voire du sauvage ( doucette, pissenlits, soucis, roquette, pourpier, chénopode, ortie, sureau, tilleul, etc).... et parfois des légumes qu'ils ne connaissent pas ( blettes, caviar d'artichauts, herbes aromatiques, etc)

 

Un potager, c'est aussi participer au cycle vertueux de la ferme et éducatif ! 

 

 

 

 

 

 

IMG_0543.jpg
IMG_0546.jpg


23/06/2017
0 Poster un commentaire

Récolte des pommes de terre Kuroda 2017 dans le potager pédagogique

récolte patate kuroda 2017 (8).jpg

 

298 Gr...

 

Pommes de terres Kuroda, 46 plants issus de la ferme, multipliés depuis 3 ans suite à des plants germés achetés en biocoop, plantés dans une surface de 3 m2 le 28 mars 2017,

récolte ce jour le 23 juin 2017, 3 mois après : environ 20 kilos...

Merci l'amendement naturel bio des crottes de chèvres et bouses de vaches élevées en plein air extensif ! ( Il faudra quand même le dire aux végans agressifs coupés des réalités du cycle vertueux naturel des paysans vrais, que sans animaux (heureux) d'élevages bios dans des fermes agroécologiques et permaculturelles, point de fumier animal, point de végétal, céréales, légumes ni sols fertiles !)

Merci Dame Kuroda, variété qui se mange, se replante, se remange...se multiplie.... sans payer un centime aux semenciers et fabricants de poisons chimiques qui brevètent le vivant, le piratent et spolient le travail millénaire des paysans sur cette terre !

 

Pour purée, gratin, frite, au four, sautées.
Variété de peau rouge, chair : jaune, à bon potentiel de rendement, bonne faculté de conservation. 
Variété rustique et productive.

 

 

récolte patate kuroda 2017 (2).jpg
récolte patate kuroda 2017 (3).jpg
récolte patate kuroda 2017 (4).jpg
récolte patate kuroda 2017 (5).jpg

 

récolte patate kuroda 2017(9).jpg


23/06/2017
5 Poster un commentaire

Le chou d'âne ou la rhubarbe du diable

DSCN1982.jpg

La magie des plantes sauvages, même dans un petit potager, c'est de vous étonner toujours quant à leurs propriétés.

 

Nous l'avions remarquée dans l'herbe folle, cette plante à larges et généreuses feuilles. Nous pensions alors que c'était un cierge de Marie (Bouillon blanc) et nous l'avons laissée s'épanouir.

En fait il s'agit du chou d'âne... sa racine ou ses feuilles peuvent être utilisées...

DSCN1983.jpg

 

Le Chou d'Ane est aussi appelé Grande Bardane, "Bardane Géante", "Glouteron",  "Gobo", "Grappon", "Gratteau", "Gratteron", "Herbe aux Teigneux", "Napolier", "Oreille de Géant", "Peignerolle", "Pignet", "Pince-cul", "Tire-lardon", "Peigne de garce", Bouillon noir et "Rhubarbe du Diable".

Le plus fréquemment on le nomme Grande Bardane .

Le mot botanique "Arctium" vient du grec "Arctos" qui signifie "Ours" et désigne l'aspect hirsute et agressif de ses bractées.

Il est originaire d'Europe et d'Asie.

Le chou d'âne est connu depuis l'Antiquité pour ses vertus médicinales.

Cette plante que l'on trouve à l'état sauvage donne des sortes de petites baies hérissées de poils qui s'accrochent aux vêtements lors des promenades en campagne.

Certains jardiniers le considèrent comme une mauvaise herbe, mais c'est en fait un légume ancien très apprécié.

Le chou d'âne mérite d'être remis au goût du jour du fait de sa longue période de récolte,  de plus sa culture est facile.

Pour éviter l'envahissement, dû aux semis spontanés, il est conseillé de couper les capitules floraux avant leur épanouissement.

Grâce à ses nombreuses propriétés le chou d'âne peut être utilisé au jardin naturel et biologique pour confectionner des préparations aidant à soigner les autres végétaux.

Le chou d'âne est vraiment une plante multi-usages.

Les feuilles se consomment crues en salade ou cuites à la manière des épinards.

Les racines, qui ont un petit goût d'artichaut, se préparent comme des salsifis ; elles sont très présentes dans la cuisine japonaise.

Le chou d'âne fait également partie des plantes médicinales et est surtout réputée pour ses bienfaits sur la peau.
 

Nom commun masculin :

Chou d'Ane voir  Grande Bardane

Nom latin :

Arctium Lappa

Famille :

Astéracées

Origine :

Europe et Asie.

Type de végétation :

Vivace herbacée, qui peut être cultivée en bisannuelle, ornementale, potagère et médicinale.
Elle fait partie des légumes sauvages, anciens et oubliés.
Très rustique, le chou d'âne supporte des températures allant jusqu'à -25°C voire plus.

 

 

 

Utilisation

La racine de bardane se consomme cuite. Elle s'accommode à la manière des salsifis, sautée ou en gratin. Les jeunes pousses peuvent se manger comme des asperges.

Le paillage à base de bardane broyée permettrait de lutter contre le mildiou. En effet, la bardane a la capacité de "concentrer" les ions de cuivre et peut donc être un bon fongicide.

La plante coupée, (partie aérienne) et disposée sur le sol éloigne les doryphores des pommes de terres. En purin ( 1kilo pour 10 litres d'eau), pulvérisée à 5 % ou 10 % en cas de forte attaque du mildiou. Il est plus efficace mélangé au purin d'ortie...

Nous pouvons en faire un purin.

Pharmacopée

  • Partie utilisée: racine et feuille
  • Composant: Inuline, lappoline, huile essentielle, principe amer, sucre, antibiotique, sels de calcium et magnésium

Propriétés: Diurétique, détoxifiant[1] (élimination par les reins, la peau & les muqueuses), hépatoprotecteur, diaphorétique (induction de la sudation), soulagement des douleurs rhumatismales, soins des dermatoses (Racine). Vulnéraire, soins des dermatoses (Feuille).

La Grande bardane est utilisée traditionnellement en tant que diurétique[2] ou dépuratif sanguin, laxatif[3], dans le traitement des lithiases biliaires ou urinaires[4], et pour certaines affections musculo-squelettiques[2].

Les composants de la Grande bardane peuvent se lier à des composés toxiques tels que les polycholorobenzènes (PCB), et ainsi faciliter leur élimination. L'action hépatoprotectrice de divers éléments de la grande bardane a ainsi pu être testée expérimentalement[5]. Les acides caféoylquiniques présents en quantité importante dans la grande bardane ont quant à eux une activité reconnue contre plusieurs agents hépatotoxiques[6]. Finalement, la grande bardane réduit l'absorption intestinale de cholesterol et de lipides, ainsi que la formation d'acides lithocolique et désoxycholique[7]. Ces observations expérimentales corroborent ainsi l'utilisation traditionnelle de la grande bardane comme hépatoprotecteur, dépuratif et détoxicant.

La Grande bardane est aussi utilisée dans le traitement de maladies de la peau, en particulier l'acné. Cette action est en partie liée à son activité dépurative et détoxifiante, à la stimulation de l'activité hépatobiliaire et de la diurèse. De plus, la grande bardane possède une activité anti-inflammatoire et anti-oxydante[8], et l'on sait que la formation excessive de radicaux libres dans la peau joue un rôle dans la pathogenèse de l'acné et d'autres dermatites. Finalement, les acides caféoylquiniques protègent le collagène cutané des altérations induites par le rayonnement solaire ou les U.V. artificiels, et inhibent la hyaluronidase[9].

 

 

 

En savoir plus/ sources :

"Purin d'ortie et extraits végétaux"  de Jean-François Lyphout,  édition Ulmer

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_bardane

http://lombarene.free.fr/FLORE/FLORE%20GENERAL/PLANTES%20MEDICIN/PAGES%20HTML/25_BARDANE.html

http://www.homejardin-loisirs.com/grande-bardane-ou-arctium-lappa/utiliser-en-toute-connaissance-et-confiance.html

http://www.homejardin.com/chou-d-ane/arctium-lappa.html


04/07/2016
2 Poster un commentaire

La dame de onze heures

DSCN1625.jpg

 

Avec nonchalance, je passais près du corps de la ferme, ayant fermé ses "peaux-pierres-volets" sur la vie de jadis et des habitants d'alors, 

lorsque... j'aperçus de nouveau cette dame à l'allure printanière au creux de l'herbe verte.

A chacune de ses apparitions, au printemps, sa blancheur et son élégance discrète mais éclatantes me ravissent. J'en ai souri, comme l'an dernier, heureuse de la retrouver.

J'aime la compagnie de cette sauvageonne, bien qu'unique en ces lieux, et qui me rappelle les causses sauvages et parfumés du Quercy lorsque s'en vient la belle saison du renouveau.

En effet, dans mon ancienne maison, cette même fleur avait aussi pour habitude de saluer les premiers jours du printemps à mes fenêtres...

La dame d'onze heures...gracieuse... j'aime cette fleur annonciatrice de beaux jours.

Stéphanie.


 DSCN1626.jpg

 

 

La dame de onze heure fait partie des plantes "horloge". En effet ses fleurs s'ouvrent vers onze heures du matin ce qui lui vaut son nom.
C'est également une plante thermophile c'est-à-dire qu'elle a besoin de chaleur et de soleil. L'horaire d'épanouissement des fleurs correspondant d'ailleurs au plein ensoleillement.

Dans les régions à climat relativement doux elle se naturalise facilement et peut même devenir envahissante.

En effet elle se ressème spontanément car les fleurs donnent naissance à des capsules qui renferment les graines et éclatent lorsqu'elles sont brunes. Pour éviter l'envahissement il fait couper les tiges florales dès qu'elles sont défleuries.

Attention, la dame de onze heures est toxique et surtout son bulbe.

28/03/2016
5 Poster un commentaire

Plan potager bio 2016

Plan par Stéphanie.

C'est reparti pour une nouvelle année de cultures saines, bonnes, et généreuses !

 

Il est prévu de planter les pommes de terre en plein champ sur une grande surface !

 

 

plan-potager2016.jpg

 

DSCN1635.jpg

Benoît à la préparation du terrain

 

DSCN1346.jpg

Salades et cristophine


DSCN1347.jpg

 Dons de nos amis de la ferme : des salades sauvages ou rustiques, une cristophine

 cristophine.jpg

La cristophine a germé !


DSCN1349.jpg

 Mes premiers citrons bios


DSCN1528.jpg

Dame rainette arboricole sur mes poireaux.


DSCN1636.jpg

En avant !

 

 


28/03/2016
14 Poster un commentaire