Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Le chou d'âne ou la rhubarbe du diable

DSCN1982.jpg

La magie des plantes sauvages, même dans un petit potager, c'est de vous étonner toujours quant à leurs propriétés.

 

Nous l'avions remarquée dans l'herbe folle, cette plante à larges et généreuses feuilles. Nous pensions alors que c'était un cierge de Marie (Bouillon blanc) et nous l'avons laissée s'épanouir.

En fait il s'agit du chou d'âne... sa racine ou ses feuilles peuvent être utilisées...

DSCN1983.jpg

 

Le Chou d'Ane est aussi appelé Grande Bardane, "Bardane Géante", "Glouteron",  "Gobo", "Grappon", "Gratteau", "Gratteron", "Herbe aux Teigneux", "Napolier", "Oreille de Géant", "Peignerolle", "Pignet", "Pince-cul", "Tire-lardon", "Peigne de garce", Bouillon noir et "Rhubarbe du Diable".

Le plus fréquemment on le nomme Grande Bardane .

Le mot botanique "Arctium" vient du grec "Arctos" qui signifie "Ours" et désigne l'aspect hirsute et agressif de ses bractées.

Il est originaire d'Europe et d'Asie.

Le chou d'âne est connu depuis l'Antiquité pour ses vertus médicinales.

Cette plante que l'on trouve à l'état sauvage donne des sortes de petites baies hérissées de poils qui s'accrochent aux vêtements lors des promenades en campagne.

Certains jardiniers le considèrent comme une mauvaise herbe, mais c'est en fait un légume ancien très apprécié.

Le chou d'âne mérite d'être remis au goût du jour du fait de sa longue période de récolte,  de plus sa culture est facile.

Pour éviter l'envahissement, dû aux semis spontanés, il est conseillé de couper les capitules floraux avant leur épanouissement.

Grâce à ses nombreuses propriétés le chou d'âne peut être utilisé au jardin naturel et biologique pour confectionner des préparations aidant à soigner les autres végétaux.

Le chou d'âne est vraiment une plante multi-usages.

Les feuilles se consomment crues en salade ou cuites à la manière des épinards.

Les racines, qui ont un petit goût d'artichaut, se préparent comme des salsifis ; elles sont très présentes dans la cuisine japonaise.

Le chou d'âne fait également partie des plantes médicinales et est surtout réputée pour ses bienfaits sur la peau.
 

Nom commun masculin :

Chou d'Ane voir  Grande Bardane

Nom latin :

Arctium Lappa

Famille :

Astéracées

Origine :

Europe et Asie.

Type de végétation :

Vivace herbacée, qui peut être cultivée en bisannuelle, ornementale, potagère et médicinale.
Elle fait partie des légumes sauvages, anciens et oubliés.
Très rustique, le chou d'âne supporte des températures allant jusqu'à -25°C voire plus.

 

 

 

Utilisation

La racine de bardane se consomme cuite. Elle s'accommode à la manière des salsifis, sautée ou en gratin. Les jeunes pousses peuvent se manger comme des asperges.

Le paillage à base de bardane broyée permettrait de lutter contre le mildiou. En effet, la bardane a la capacité de "concentrer" les ions de cuivre et peut donc être un bon fongicide.

La plante coupée, (partie aérienne) et disposée sur le sol éloigne les doryphores des pommes de terres. En purin ( 1kilo pour 10 litres d'eau), pulvérisée à 5 % ou 10 % en cas de forte attaque du mildiou. Il est plus efficace mélangé au purin d'ortie...

Nous pouvons en faire un purin.

Pharmacopée

  • Partie utilisée: racine et feuille
  • Composant: Inuline, lappoline, huile essentielle, principe amer, sucre, antibiotique, sels de calcium et magnésium

Propriétés: Diurétique, détoxifiant[1] (élimination par les reins, la peau & les muqueuses), hépatoprotecteur, diaphorétique (induction de la sudation), soulagement des douleurs rhumatismales, soins des dermatoses (Racine). Vulnéraire, soins des dermatoses (Feuille).

La Grande bardane est utilisée traditionnellement en tant que diurétique[2] ou dépuratif sanguin, laxatif[3], dans le traitement des lithiases biliaires ou urinaires[4], et pour certaines affections musculo-squelettiques[2].

Les composants de la Grande bardane peuvent se lier à des composés toxiques tels que les polycholorobenzènes (PCB), et ainsi faciliter leur élimination. L'action hépatoprotectrice de divers éléments de la grande bardane a ainsi pu être testée expérimentalement[5]. Les acides caféoylquiniques présents en quantité importante dans la grande bardane ont quant à eux une activité reconnue contre plusieurs agents hépatotoxiques[6]. Finalement, la grande bardane réduit l'absorption intestinale de cholesterol et de lipides, ainsi que la formation d'acides lithocolique et désoxycholique[7]. Ces observations expérimentales corroborent ainsi l'utilisation traditionnelle de la grande bardane comme hépatoprotecteur, dépuratif et détoxicant.

La Grande bardane est aussi utilisée dans le traitement de maladies de la peau, en particulier l'acné. Cette action est en partie liée à son activité dépurative et détoxifiante, à la stimulation de l'activité hépatobiliaire et de la diurèse. De plus, la grande bardane possède une activité anti-inflammatoire et anti-oxydante[8], et l'on sait que la formation excessive de radicaux libres dans la peau joue un rôle dans la pathogenèse de l'acné et d'autres dermatites. Finalement, les acides caféoylquiniques protègent le collagène cutané des altérations induites par le rayonnement solaire ou les U.V. artificiels, et inhibent la hyaluronidase[9].

 

 

 

En savoir plus/ sources :

"Purin d'ortie et extraits végétaux"  de Jean-François Lyphout,  édition Ulmer

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_bardane

http://lombarene.free.fr/FLORE/FLORE%20GENERAL/PLANTES%20MEDICIN/PAGES%20HTML/25_BARDANE.html

http://www.homejardin-loisirs.com/grande-bardane-ou-arctium-lappa/utiliser-en-toute-connaissance-et-confiance.html

http://www.homejardin.com/chou-d-ane/arctium-lappa.html



04/07/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 686 autres membres