Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Les retours médias de "paysan résistant!" de Benoît Biteau

Supplément "Le Parisien" "Aujourd'hui en France"

 

IMG_9502_1.jpg

 

 

Sur le web : http://www.leparisien.fr/economie/salon-de-l-agriculture-benoit-biteau-un-paysan-engage-en-politique-23-02-2018-7575471.php


 Brève dans La Nouvelle République

 

27067363_10212977050915108_1438668455656795168_n.jpg

 

 

 

 

 demoiselle fm.JPG

 

 

Demoiselle FM le 15 février

 

ici à partir de la 12ème minutes : 

 

 

 

 

 

France 24, jeudi 22 février

 

 france 24.JPG

 

 

 

lundi 19 février 2018

Paysan résistant ! Un sacré bouquin ...

 
 
Qu'on ne compte pas sur moi pour dire s'il faut lire le dernier livre de Benoît Biteau, qui par ailleurs est aussi le premier. Lire un livre, jamais il ne faut. Ce que je peux dire en revanche c'est que ceux qui n'auront pas lu Paysan résistant ! auront beaucoup perdu. Je vous aurais prévenu et j'espère que ça vous donnera envie de le lire.
 
Ce qu'il y a de bien avec Benoît Biteau, c'est qu'il explique tout. Il part de lui-même, de sa vie, de son paysage, de ses sentiments, pour expliquer son engagement, sa vision du monde et ainsi répondre aux inquiétudes des autres, à nous tracer des perspectives indispensables. On mesure à la lecture de l'ouvrage à quel point l'avenir de l'agriculture nous concerne tous. Surtout, on aborde tous ces problèmes compliqués sur la chimie des traitements, sur l'alchimie des sols, en ayant l'impression à la fin qu'on a tout compris. Bref, c'est un livre qui vous rend intelligennt et qui vous enrichit.


Tout est dans le titre

Le titre est un résumé et un choix. Dans paysan résistant, il y a paysan. Depuis toujours le paysan est méprisé. D'ailleurs, cadeau, saviez-vous que le païen, d'expression chrétienne, est au départ synonyme de paysan ? Parce que celui qui reste au pays, c'est celui qui a les mains et les pieds dans la terre, qui est incapable de s'élever pour ceux de la ville.
Benoit Biteau tord le cou à tout ça.
Revendiquer d'être paysan, c'est refuser d'être exploitant. L'exploitant se met sous influence de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire qui mis la profession sous la coupe du système aliénant de l'agriculture moderne. Pendant les 300 pages de son bouquin, Benoit Biteau explique non seulement pourquoi il refuse ce système, mais comment y résister. 
Qu'on se rassure, chez Benoit Biteau, il n'y a pas de rejet de la modernité et sa démarche est tout sauf réactionnaire. Même dans la référence permanente à la terre, qu'il oppose à la Terre. Cette démarche fait invariablement penser à la belle formule : l'universel, c'est le local, moins les murs. 
En ces temps de réchauffement climatique, Benoit Biteau révèle la part majeure qu'y joue l'agriculture, car non seulement elle pollue les sols, les sature, mais utilise pour ce faire des dérivés du pétrole contribuant largement à l'épuisement des ressources. Alors qu'une agriculture saine et respectueuse doit avoir comme enjeu majeur de contribuer à l'équilibre écologique de la planète tout en contribuant à nourrir l'humanité.
 
 


critique patricia persico.JPG
 
 

Le Figaro vox


le figaro.JPG
Salon de l'agriculture : «Je suis un paysan, pas un exploitant !»

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Alors que s'ouvre à Paris le salon de l'agriculture, Benoît Biteau fait de la résistance. Ce paysan milite pour un autre modèle d'agriculture, plus respectueux de la terre et des hommes... quitte à conduire à l'abattoir quelques veaux d'or, comme la FNSEA, l'OMC ou les orientations actuelles de la PAC.

 


 

Benoît Biteau est paysan agronome à l'EARL Val de Seudre Identi'Terre. Il est également élu au conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Il a publié en février Paysan résistant! (éd. Fayard, 2018), livre dans lequel il revient sur les valeurs paysannes qu'il a héritées de sa famille pour défendre une agriculture responsable, et proposant des solutions nouvelles aux défis agro-alimentaires et climatiques de demain.


FIGAROVOX.- Vous vous présentez vous-même dans votre livre comme un «paysan» et non comme un exploitant. Que signifiez-vous par cette distinction?

Benoît BITEAU.- Ce qui se dissimule en creux derrière le champ lexical de l'exploitation, c'est une relation biaisée entre l'homme et la terre, entre l'homme et l'animal, et entre les hommes. Nous sommes les gardiens de la vie, pas ses exploitants. C'est à cause de la violence de ce vocabulaire que j'ai cherché un mot dans lequel je me retrouve mieux: je suis paysan, parce que je n'exploite personne, mais bien au contraire je coopère avec la vie. C'est ma définition de l'agronomie: observer les écosystèmes productifs en biomasse, comme la forêt par exemple, pour en reproduire la logique dans l'agriculture. Mon livre tente de rapprocher entre elles toutes les pièces d'un vaste puzzle pour montrer que tous les enjeux liés à l'agriculture, à l'alimentation et au climat sont interconnectés.

Dans le livre, vous racontez que vous êtes l'héritier d'une longue tradition paysanne familiale. Comment avez-vous vu l'agriculture évoluer au cours de votre histoire, et comment cet héritage a-t-il façonné votre rapport à la terre?

Je suis paysan, parce que je n'exploite personne, mais bien au contraire je coopère avec la vie.

De mes grands-parents, tant du côté paternel que maternel, j'ai reçu des valeurs fortes. J'ai appris auprès d'eux les fondamentaux: une forme d'humanité fraternelle, de logique pacifiste aussi car ma famille a souffert profondément de la guerre. Ces valeurs ont transpiré dans leur mode de vie quotidien, y compris dans leur métier de paysan. Si je devais résumer ce qui les qualifie en un seul mot, c'est le respect. Ils ont cherché à respecter les ressources, les animaux, la terre… et dans le sac à dos que m'a livré mon histoire familiale, on trouve ces graines d'humanité et de respect. C'est pour cela que je n'ai pas pu reproduire le modèle agricole dominant, qui était pourtant celui qu'a mis en œuvre mon propre père. Car j'ai découvert au cours de mon parcours et de mes études des choses que mon père ignorait sans doute, mais qui m'ont fait réfléchir puis peu à peu m'éloigner des logiques vers lesquelles il avait orienté son exploitation: les ravages que font les pesticides et les engrais, l'exploitation abusive que nous avons de l'eau… Il faut dire aussi que tout cela n'a été découvert que par des études récentes.

Vous prenez donc une direction inverse. Comme agriculteur, quel modèle d'agriculture pratiquez-vous, et comme résistant, contre quoi ou contre qui luttez-vous?

J'ai choisi un équilibre, en refusant de plonger dans des logiques scientistes qui voudraient que tout ce qu'invente la science est nécessairement bon à prendre. Pour autant, je ne refuse pas tous les progrès. J'observe les avancées que la science nous apporte, en les passant au filtre de l'intérêt commun, et de la pénibilité aussi du métier. J'applique tout simplement le bon sens paysan, c'est-à-dire que je me projette dans la durée, selon une approche globale. Il s'agit de préserver les équilibres territoriaux, les ressources, l'eau en particulier car l'agriculture en gaspille énormément aujourd'hui. On a certes besoin d'eau, mais l'irrigation des cultures ne peut tout simplement pas excéder les ressources disponibles! Le respect, là encore… Le bon sens paysan, c'est aussi préserver la biodiversité domestique, car 90 % des semences ont disparu au cours du dernier siècle… ces fameuses «semences interdites» qu'avaient défendues Carrefour, dans une opération marketing remarquée.

L'agriculture doit également s'inquiéter de son impact sur le climat: 70 % des espaces sont colonisés par l'agriculture, il est donc évident qu'elle interagit fortement avec le climat et il convient d'y réfléchir. Mais aussi parce que l'agriculture est la première à pâtir des dérèglements climatiques. Stéphane Le Fol avait proposé une démarche qui m'avait paru intéressante: augmenter, sur tous les sols de la planète, le taux de matière organique des sols de seulement 4 / 1000, cela suffirait à faire en sorte que l'agriculture absorbe les trois quarts des gazs à effet de serre produits par les activités humaines. Cette réflexion va dans le bon sens et peut faire de l'agriculture le sauveur du climat.

Enfin, le bon sens paysan s'intéresse aussi à la santé: comment peut-on raisonnablement, quand on vise à le nourrir, vouloir mettre dans l'assiette du consommateur des produits qui contiennent des pesticides nocifs pour notre santé? D'autant que là encore, les premières victimes sont les agriculteurs eux-mêmes. Mon livre est aussi écrit pour Yannick, mon ami d'enfance, paysan lui-aussi, que j'ai accompagné pendant huit années d'agonie avant qu'il ne disparaisse, emporté par une maladie causée par les produits chimiques contenus dans l'agriculture.

Le bon sens paysan, en somme, c'est une approche globale qui se préoccupe aussi bien de la terre... que de la Terre, avec un «T» majuscule. Et si je suis résistant, c'est parce qu'en effet j'observe qu'on a développé un modèle agricole après-guerre qui a vu des entreprises industrielles se reconvertir dans l'agro-alimentaire sans voir la spécificité du métier de paysan. Aux antipodes du respect et du bon sens paysan.

Le bon sens paysan est une approche globale qui se préoccupe aussi bien de la terre... que de la Terre, avec un « T » majuscule.

En 2020 doit être amorcée une réforme en profondeur de la PAC, contre laquelle vous émettez des charges violentes dans votre livre. Quelle serait selon vous la direction que devrait prendre cette réforme?

Je vois deux axes. Il faut déjà sortir de cette logique qui distribue les aides en proportion de la surface dont disposent les agriculteurs (plus on a d'hectares, plus on touche de subventions). À une époque où de plus en plus de jeunes sont attirés par un retour à la terre, ce n'est plus sur la base de la surface mais en fonction des unités de travail humain que les aides devraient être distribuées. Plus les agriculteurs créeront de l'emploi et plus ils en seront récompensés! N'a-t-on pas un problème en matière d'emploi, justement, aujourd'hui? Et cela permettrait aussi de sortir de cette logique foncière spéculative, qui est mauvaise pour l'agriculture

Par ailleurs, il faut aussi sortir d'une logique de subvention, mais adopter une logique de rémunération, en échange de services rendus à la société. Par exemple, un agriculteur qui limite l'irrigation pour préserver les ressources en eau doit être indemnisé pour cela. Les contribuables s'y retrouveront, car en matière d'environnement, les logiques préventives sont nettement moins coûteuses que les logiques curatives. La majorité des paysans ont intérêt à de telles évolutions.

Vous avez des mots très durs à l'encontre du syndicat majoritaire des agriculteurs, la FNSEA, dont vous dénoncez le monopole représentatif. Quels sont vos griefs à leur encontre?

En effet, je reproche à la FNSEA de ne pas être au service des paysans, mais d'être au contraire l'allié objectif de ceux qui s'engraissent sur notre dos! C'est-à-dire les industries agro-alimentaires ou les industriels des produits chimiques. Ce n'est pas cela, défendre les paysans. Quand la FNSEA prend parti pour défendre le glyphosate, ils se placent du côté des distributeurs et non des producteurs. Les bras m'en tombent! Personne ne peut comprendre les positions de ce syndicat. Et s'il est encore aujourd'hui majoritaire, c'est parce qu'il est à la tête d'un système tentaculaire qui verrouille tous les maillons: les chambres d'agriculture, les banques, le système de santé des agriculteurs (qui peine d'ailleurs à faire reconnaître comme maladies professionnelles celles qui touchent les agriculteurs). La seule raison pour laquelle nous continuons de voter pour la FNSEA, c'est que pour accéder au foncier, pour avoir des parts dans une coopérative ou pour obtenir un prêt au crédit agricole… il faut voter pour eux. Lorsque nous avions lancé une coopération fourragère pour pallier le manque suite à des intempéries, c'est encore la FNSEA qui avait le monopole de cela: si on leur commandait une tonne de foin, c'était encore eux que l'on finançait!

L'agriculture est un véritable sujet de société, et il faut qu'un vrai débat soit possible. Le monopole syndical qu'exerce la FNSEA n'est pas bon, d'autant qu'au-delà des agriculteurs, ce sont tous les contribuables qui sont concernés.

Que voulez-vous dire lorsque vous écrivez qu'il faut «sortir l'agriculture de l'OMC»?

C'est en effet urgent! Il est parfaitement inacceptable que l'on puisse librement spéculer sur des matières agricoles, comme s'il s'agissait de lingots d'or. La question que je pose, c'est de savoir si la nourriture, qui est un besoin vital, est une richesse comme une autre. Faut-il vraiment lui appliquer la même logique libérale et mercantile qu'à l'ensemble des autres valeurs commerciales? À l'évidence, non, du moins si l'on en croit là encore le bon sens paysan.

Est-ce que les propositions d'Emmanuel Macron, notamment celles évoquées jeudi soir devant 700 jeunes agriculteurs, vous paraissent aller dans le bon sens?

Il est parfaitement inacceptable que l'on puisse spéculer sur des matières agricoles.

Je crois que hélas, Emmanuel Macron, en présentant encore de grands projets d'investissement (il a parlé d'un plan d'un milliard d'euros sous forme de prêts garantis pour les agriculteurs), va encore financer ceux parmi nous qui ont le plus de moyens, c'est-à-dire ceux qui n'en ont pas besoin. Car s'il y a un plan d'investissement, il faut aussi que les agriculteurs subventionnés aient une capacité de financement. Ce ne sera pas ceux qui gagnent 350 € par mois, et qui n'ont déjà pas le premier euro pour payer la cantine de leur gamin! Ceux-là vont simplement continuer de disparaître…

Vous concluez en disant que vous écrivez «pour les générations à venir». Pour finir, qu'aimeriez-vous dire à un jeune agriculteur qui crée ou qui reprend une ferme?

Je veux leur donner un message d'espoir! Aujourd'hui, il y a en effet un regain d'intérêt pour les projets agricoles, et il faut maintenant trouver des politiques publiques qui permettent d'accompagner ces projets ambitieux. C'est sur eux que je fonde ma confiance, et j'envoie donc un message résolument optimiste, en présentant des solutions, des projets qui fonctionnent, et dont j'espère qu'ils susciteront un véritable engouement de la part des citoyens. C'est dans l'intérêt de tous!

 

 source: http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/02/23/31003-20180223ARTFIG00318-salon-de-l-agriculture-je-suis-un-paysan-pas-un-exploitant.php#fig-comments

 

 

Les grandes gueules du jour sur RMC 

 
 

 

Europe 1

 
europe 1.JPG
 
Ecoutez Europe 1 ici :
 
 

BFM TV : 

 
benoit bfm et couverture.JPG
 
 
 

Samedi 24 février : LCi, RTL, France Inter 


Nous mettrons les liens des émissions lorsqu'elles seront diffusées. Voici les liens des sites des chaînes.
 
samedi 24, Benoît Biteau sera sur
Lci.JPG
Lci, 10h, site de la chaîne  https://www.lci.fr/direct/
 portrait lci gros plan.jpg
 
LCI promo livre.jpg
 

Regardez l'émission LCi  ici :

 
 
 
 

En direct du salon de l'agriculture porte de versailles :

rtl.JPG

RTL midi et demi, "Le journal inattendu" avec François-Xavier DeMaison et Vincent Parizot

 

France Inter 14h, émission CO2 mon amour

co2 mon amour.JPG
 
 
Avec Denis CHEISSOUX à la fin de l'émission 
IMG_54551.jpg

 

 

Mme Christiane Taubira a le livre en mains !

 
 IMG_20180224_184409.jpg

lundi 26 à l' Assemblée Nationale LCP chaîne parlementaire !

 
benoit 2 LCP.jpg
LCP avec députée LRM .jpg
 
 

ÇA VOUS REGARDE

Agriculture : des paroles aux actes ?

Diffusée le 26/02/2018

 

Les invités de Valérie Brochard :

Gilles Luneau, rédacteur en chef du magazine Global.

Sandrine Le Feur, députée La République en marche du Finistère, agricultrice bio.

Julien Dive, député Les Républicains de l'Aisne, membre de la Commission des Affaires économiques à l'Assemblée nationale.

Benoît Biteau, paysan agronome à l'EARL Val de Seudre Identi'Terre, auteur de Paysan résistant !, aux éditions Fayard (février 2018).

Ça vous regarde, votre rendez-vous quotidien qui prend le pouls de la société avec un débat en prise directe avec l´actualité politique, parlementaire, sociale ou économique...
Carrefour d´opinions, ce talk quotidien offre un espace d´échange exclusif pour ministres, députés, élus locaux, experts, personnalités de la société civile et sentinelles citoyennes qui débattent sur le thème du jour pour faire entendre leur voix. 

 






 

La vidéo de Brut. sur les réseaux sociaux. Mise en ligne samedi, elle est déjà à ...224068 vues ! 

vues de samedi à lundi aprem.JPG
 
 
Le 5 mars....
 
 5 mars.JPG
 
 
 
 

Tendance des ventes dès dimanche 25 février, sur le site Amazon :

 
N°1 des ventes sur le sujet agricole et classé 25ème au top 100 des meilleures ventes nouveautés ! 
 
24 février 2018 n ) 1 des ventes amazon.JPG
 
amazon le 26.JPG
 
n°1 des ventes.JPG
 
25 ème.jpg
 

 Mardi 27 : France 3 locale

 

capture site fr 3.JPG

 

 

Mercredi 28 février :  Europe 1 circuits courts avec Isabelle Saporta entre 12 et 14 h  en direct du Salon de l'Agriculture Paris 

Circuits courts - L'agriculture sans pesticides, c'est possible ! - 28/02/2018

 

benoit 3  europe 1.jpg

 

Réécoutez la radio ici : 

 

 

Pause déjeuner au SIA avec Yannick Jadot et Christophe Bitauld, paysan bio de Bretagne, producteur de cidre bio avec polyélevages moutons et poules de races locales (pour entretenir ses arbres) , gérant de SCEA VERGERS DE LA MOTTE

 

avec christophe bitauld et yannick.jpg

 

 

28379099_1499169246876366_2533265251031472956_n.jpg

 

 

Jeudi 1er mars : France Culture

 

capture planning.JPG

 

 

diffusion dimanche 4 mars à 23 h

 

 

lien : https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/la-france-de-lapres-glyphosate-vouloir-pour-pouvoir

 

Chercheurs, scientifiques, agriculteurs, acteurs de terrain, décideurs travaillent, aujourd'hui, à la faisabilité d'une telle sortie et réfléchissent aux conditions dans lesquelles elle pourra être réalisée au profit de tous, producteurs et consommateurs.

Par quoi peut-on remplacer ces substances chimiques reconnues nocives pour la santé, et en priorité pour celle des agriculteurs ? Comment les acteurs de la filière peuvent-ils travailler ensemble pour trouver des alternatives ? Quel modèle agricole se dessine pour demain ?

Réponse avec nos invités : Mathilde Jacqueline, œnologue et vigneronne à Brison St Innocent, en Savoie, en conversion ; Benoît Biteau, agriculteur bio en Poitou-Charente, auteur de Paysan Résistant !, livre paru chez Fayard. Christian Huygue, directeur scientifique de l’INRA, qui a supervisé l’étude commandée par le gouvernement ("Usages et alternatives au glyphosate dans l'agriculture française") pour trouver des alternatives au “Glyphosate”.

Le choix musical de Benoit Biteau

Parce que je suis un optimiste maladif et que je nourris l'espoir de savoir proposer un avenir vivable pour les générations futures. Que le soleil peut être notre salut, à nous les paysans, si nous savons utiliser son énergie. Parce que je mets aussi toutes mes forces dans le combat pour bâtir un monde plus juste, plus fraternel, plus humaniste. Je ressens tout ça dans cette chanson que j'adresse à nos enfants.

 

 

JT de CNEWS 21 h

 

lien vers le site de la chaîne : http://www.cnews.fr/

Sans-titre-1.jpg

 

 Sans-titre-3.jpg

 

 Sans-titre-2.jpg

 

 

Samedi 3 mars Brunch de l'info LCi

 

plateau entier.jpg

 

 

bb3 lidl.jpg

 

bb et paul françois.jpg

 

bb 2.jpg

 

 

bb vin.jpg


Sans titre-5.jpg

 

 

RTBF.be

 

site web.JPG

 

 

 

 à écouter première partie ici :

 

 

Lundi 6 Mars : émission 7 milliards de voisins sur RFi, les voix du monde

Réécoutez la radio ici : 

 

Jeudi 8 Mars : L'Agriculteur Charentais et Radio Chrétienne de France

 article et émission à venir

 

Vendredi 9 Mars : 

Café Radical à Louviers, invité par Olivier Taconet pour un café débat citoyen et séance de dédicaces.

 

 

Samedi 10 mars à 14h de nouveau invité sur C News "Vent Positif" 

 
 
 

 

Vers le 27 Mars, article prévu par Julien Simon dans mensuel gratuit

VIDICI pays Royannais

 vidici-page-1.web-jpg.jpg
vidici-page-2-web.jpg

 

Sud Ouest, séance de dédicaces à Saintes

dédicaces saintes.jpg
 



23/02/2018
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 787 autres membres