Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Les araignées, des amies de lutte biologique au jardin potager

 

P4182382.jpg

 

Les meilleures amies d'une ferme avec mouches et autres ravageurs ! Voici quelques espèces d'araignées observées au jardin (sans compter celles qui habitent en intérieur !)

 

"Pucerons ailés (lorsque vient la saison des vols, entre mai et août), papillons comme les noctuelles ou les piérides dont les chenilles sont redoutées au jardin, mouches en tous genres... autant d'ennemis du jardinier dont les araignées se délectent. Elles sont en effet presque toutes exclusivement carnassières, et se nourrissent d'insectes vivants."
 

Quelques araignées courantes au

jardin

 

On compte quelque 1600 espèces d'aranéides en France ; autant dire que la famille est vaste ! En voici quelques-unes parmi les plus connues :

  • Les épeires : ce sont de grosses araignées qui tissent de magnifiques toiles verticales. L'Epeire diadème (Araneus diademantus) est très courante au jardin.
  • Les argiopes : comme les épeires, ce sont d'excellentes tisserandes. L'Argiope frelon (Argiope bruennichi) est aisément reconnaissable à ses couleurs vives.
  • Les araignées crabes ou thomises, comme Misumena vatia, ont la particularité de se déplacer de côté, et de posséder des pattes antérieures très développées et orientées latéralement. Elles ne tissent pas de toile et se placent souvent sur les fleurs (dont elles prennent alors la couleur... toutes proportions gardées : elles sont des championnes du camouflage), en attendant qu'un malheureux insecte vienne butiner.
  • Les tégénaires tissent des toiles horizontales munies d'un tunnel dans lequel l'araignée se cache. Il en existe différentes espèces en France ; on les trouve, selon les cas, dans les maisons, les caves ou les garages, ou au jardin (dans les anfractuosités de murs, les herbes, sur les branches basses, sous une pierre...).
  • Les lycoses, ou araignées loups (genre Pardosa ou Lycosa) chassent "à courre" et se déplacent très rapidement. On les rencontre souvent sur le sol ; leur couleur est souvent beige ou brune. Elles transportent leur ponte avec elles, fixée à leur abdomen. 
  • Quant aux faucheux ou opilions, très courants également, ne sont pas des prédateurs, ni même des araignées, même si, comme elles, ils possèdent 8 pattes (fines et très longues). Ils ont d'ailleurs la capacité de se "défaire" d'une de leurs pattes lorsqu'ils sont attaqués.

 

Photos : ©Stéphanie Muzard, www.latelierdesmuses.com


P4182369.jpg
P4182370.jpg
P4182371.jpg
P4182372.jpg
P4182373.jpg
P4182375.jpg
P4182376.jpg
P4182377.jpg
P4182378.jpg
P4182379.jpg
P4182380.jpg

P4182383.jpg

Bébés et oeufs d'araignées éclos dans les fleurs monnaie du Pape


P9240080.jpg
P9240081.jpg

 

Épeire diadème

 

 

 

chrysalide (1).JPG
chrysalide (2).JPG
chrysalide (4).JPG
 Cocons de pontes d'araignées argiope, tissage de soies

 

 

argiope frelon (8).JPG

Argiope frelon

 

16 mai 2018 (32).jpg

 

Araignée-crabe sur mon rosier en pleine capture de bourdon

 

Misumena vatia, la Thomise variable, est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Thomisidae.

Elle est aussi appelée araignée-crabe en français



18/04/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 896 autres membres