Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Bassines : Passage en force de l'état et TROU historique de bassines et chambre d'agriculture FNSEA VIENNE

bassines en vienne.jpg
 Création visuelle et texte : © L'Atelier des Muses 2022.
Retrouvez toutes les créations sur le site de l’artiste.  https://www.latelierdesmuses.com/reponses-a-la-repression-contre-bassines-non-merci 
 
 
 
 
2022 
"Un projet de 30 nouvelles méga-bassines agricoles validé par le gouvernement dans la Vienne
Avec l’accord de Matignon, la préfecture viennoise a entériné la création de retenues destinées à stocker 8,8 millions de mètres cubes d’eau. Malgré une manifestation le week-end dernier contre un projet similaire dans les Deux-Sèvres voisines"Avare
_____________���
�✔️La chambre d'agriculture de la Vienne (CR) n'aurait apparemment pas signé ce protocole tout comme certaines collectivités...
mais pas grave, après la guerre faite aux habitants et manifestants à Ste Soline, ça fanfaronne et provoque, passe en force une fois de plus, au mépris du bon sens et des populations, au mépris même des évènements catastrophiques qui se sont produits..
Cette chambre agri (actuellement CR) départementale et ces collectivités n'ont pas signé.... ?! Pourquoi ?
entre 2007 et 2010, par là..
Sans doute parce qu'elles se sont pris un gros bouillon il y a quelques années, chambre d'agri (FNSEA à l'époque) avec une construction de bassine qui s'est effondrée sous le poids de l'eau qui a fait rompre la cavité souterraine se trouvant dessous et a inondé maisons, champs etc. catastrophe. Voilà la vue aérienne ce jour.
En effet, et en résumé, le bureau d'études était la chambre d'agri elle-même.... et pas assurée pour payer les dégâts considérables.... donc licenciements de 8 salariés, quelques fusibles, pour faire des économies de salaires et se refaire la cerise et payer la note : 1 million 720 €uros de dégâts . Mais ça, personne n'en parle ;-)))
Sur ces photos aériennes : l'argent public gaspillé.
 
 
"A Vivonne, l'eau avait coulé dans des failles naturelles.
Retenues d'eau dont on aurait oublié la bonde, les bassines plombent les comptes de la Chambre depuis le début du XXIe siècle. Construites pour une quinzaine d'agriculteurs irrigants, à la demande des Associations syndicales agréées (ASA) de la Clouère (deux bassines, en 2003) et du Clain moyen (trois bassines, en 2005), elles expliquent – en partie – l'important déficit. Et l'erreur d'une Chambre devenue maître d'œuvre. Si celles de la Clouère, malgré des digues affaissées, fonctionnent, deux du Clain moyen sont inutilisables. Le fond d'une des deux s'était même effondré sous le poids de l'eau ! La baignoire vidée, il a fallu trouver un plombier responsable de la gabegie à 1,5 million d'euros. L'ASA du Clain moyen, dont le président était aussi le vice-président de la Chambre, s'est donc (logiquement ?) retournée contre le maître d'œuvre… Qui s'est retourné contre un petit bureau d'études poitevin, EGsol. Jean-Paul Menard, dirigeant à l'époque, ne s'explique toujours pas pourquoi. « Ils n'ont pas fait d'études sérieuses pour ces bassines. Ils m'ont commandé une pré-étude à 1.800 €… et ils ont construit. Normalement, une mission d'expertise comme celle-ci nécessite entre 28.000 et 40.000 € d'études. Ils ont fait des économies. Même l'étude concernant les risques technologiques n'a pas été faite. Nous avions émis un rapport défavorable au remplissage et ils ont quand même rempli. Nous ne sommes pas responsables du problème. »En première instance, l'avocat d'EGsol (couvert pour ce risque par son assureur, la SMABTP) avait demandé un dépaysement du procès. En vain. L'État, la région et le département (co-financeurs à hauteur de 80 %), n'y avaient pas intérêt ? L'histoire n'est pas terminée. La remise en état des terres incombera à la Chambre : 500.000 € par bassine percée, affirme une source proche du dossier…" source (!!!) https://www.lanouvellerepublique.fr/.../des-bassines...
 
 
 
 
 
 
Sources : 
 
extraits : 

Grandes absentes de cette signature en revanche, des associations de protection de la nature qui selon le préfet "ont fait le choix de la chaise vide" ou encore Grand Poitiers, farouchement opposé à ce protocole. 

8,9 millions de m3

Pour les autorités, cette signature est venue conclure trois années d'intenses tractations. En juillet dernier, une première mouture avait été rejetée tant par la chambre d’agriculture que certaines collectivités, comme Grand Poitiers. 

Cette ultime version prévoit la construction de 30 bassines, contre 41 dans la précédente, pour un total de 8,9 millions de m3 d’eau qui pourront être mis à la disposition de 153 exploitations agricoles de la Vienne. 

 

"Bassines" : après Sainte-Soline, un nouveau projet de réserves d'eau validé dans la Vienne

 "L'agglomération du Grand Poitiers, la Chambre d'agriculture départementale et la fédération de pêche locale n'ont, en revanche, pas signé cet accord." 


06/11/2022
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 909 autres membres