Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

La ferme conservatoire et le vivant


Urgent, petite transhumance de nos vaches, besoin d'aides le 28 juillet

IMG_0184.jpg
Bonjour,

nos vaches sont actuellement à la Réserve Régionale Naturelle de la Massonne.

Nous devons les changer de prés, en empruntant seulement le chemin principal pour les amener dans de nouvelles prairies naturelles de marais.

pas de route, peu de marche, mais il nous faut au moins une vingtaine de personnes pour mener l'opération à bien, afin de pouvoir les rassembler.

 

Pour ceux qui veulent nous aider, 

s'inscrire obligatoirement auprès de Thomas ou de Sandra, Nature Environnement 17

sandra.laborde@nature-environnement17.org

ou thomas.dupeyron@nature-environnement17.org

 

05 46 41 39 04 / 06 72 40 15 18

 

rendez-vous Vendredi 28 Juillet

10 h le matin à la Massonne, 17 St Sornin.

Un pique-nique sera offert le midi. déjeuner sur l'herbe.

Dégustation de quelques produits de notre ferme.

ATTENTION, amis participants et inscrits, lors de votre inscription, il y a eu une petite erreur faite par Nature Environnement 17 au téléphone : nous prévoyons bel et bien de vous offrir le pique-nique, donc pas besoin d'apporter votre casse-croute, tout au plus vos couverts .
 
 
nous fournirons de quoi se faire des casse-croute/tartines pour déjeuner sur l'herbe et déguster quelques-unes de nos productions (en vente directe à la p'tite boutique) :
 
baguettes bios de la boulangerie de Le Gua
 
charcuterie artisanale de Le Gua
 
cornichons de la ferme
 
1 plat de salade froide/crudités avec pommes de terre à l'eau / haricots verts/ tomates bios aux herbes aromatiques de la ferme /oeufs durs
 
fromages bios de la ferme
 
confitures et confichèvre nature, okawa, épices and love (etc) de la ferme
 
eau, pineau, jus de fruits et vin bio
 
Ceux qui veulent amener de quoi partager ( fruits, gâteaux, café ou autre) bien sûr, le peuvent !
 
Merci à vous, à vendredi !

plan massonne.JPG

Nos vaches sont dans les parcelles entrée des prairies au point rouge entouré de vert et doivent être amenées au point vert.

Nous vous remercions par avance pour votre participation amicale, bénévole et solidaire !

mini transhumance.JPG

 

 

Pensées humanistes et paysannes, Stéphanie et Benoît.

 

 

 

 


20/07/2017
1 Poster un commentaire

Brina et Muguette, les vaches jersiaises sauvées de l'abattoir.

Brina et Muguette, c'est une histoire d'amour et d'amitiés entre une paysanne et d'autres paysans.

Entre le Limousin et la Charente-Maritime en passant par le Lot...

 

IMG_0046.jpg

 

IMG_0066.jpg

Brina et Muguette, en paisible prairies de Berthegille.

 

 

Des moments forts où il faut être réactif pour le vivant...

 

Lorsqu'un dimanche de novembre , je lis ce post sur le réseau social, de mon amie du Limousin, dont je suis devenue marraine de "sans terres" ( cliquez pour l'histoire d'avant 2016 qui nous relient) ... j'en suis toute retournée...

 


" Demain ma vache Brina,
ma première vache sortie d'un élevage hors sol à qui j'ai du apprendre à marcher sur la terre ferme, elle qui n'avait connu que la stabulation et l'aire bétonnée, à qui j'ai appris ce qu'était de l'herbe, parce qu'elle ne connaissait que l’ensilage, le foin et les pommes de terre, et qui a d'ailleurs boudé l'herbe pendant plusieurs jours avant de comprendre que ça se mange, ma première vache offerte par une âmie très chère, celle qui a découvert le monde sur les 160 kilomètres de notre transhumance à pied avec une curiosité et une excitation non feintes, cette vache qui face à une troupe de pintades ne voulait plus avancer tant c'était incongru pour elle, celle qui a pu élever ses veaux alors qu'elle n'avait jamais vécu cela et qui était tellement frustrée qu'elle en était devenu ce que l'on nomme une "tante" à vouloir s'approprier le moindre chevreau, le moindre veau,

cette vache là, ma Brina qui m'a tout appris de la douce nonchalance à l'intelligence éclairée, de l'espièglerie à la mélancolie bovine, celle par qui j'ai appris tout le travail de laiterie et qui m'a aidé dans mon apprentissage d'éleveuse au quotidien, Brina qui m'a tant donné, qui était reconnaissante de cette nouvelle vie et nouveau départ parmi nous, 
Brina la facétieuse, la clownesque, l'attachante et parfois, la vicieuse qui m'a fait tourner bourrique, ma vache, ma première vache qui m'a enseigné à lire en elle grâce au pendule, celle face à qui je me mettais à genoux et qui penchait sa tête vers moi pour que lui caresse les yeux, ces yeux magnifique comme surligné au khôl,
Ma Brina qui m'a appris l'amour inconditionnel et la patience, qui a fait de moi une éleveuse à part entière, et qui m'a fait telle que je suis;
cette vache là, sera emmenée à l'abattoir demain matin par mon ex compagnon et futur ex-mari.
Je ne peux rien faire,(...) en me mettant devant le fait accompli et en me proposant gentiment de vendre sa viande pour me faire quelques sous.

Brina, je pense à toi, je ne pourrai pas être là demain au moment de te charger dans la bétaillère, 
je ne pourrai pas te demander pardon de cette trahison, toi à qui j'avais promis que tu mourrais de ta belle mort, 
mais j'essaie depuis hier que je suis au courant de me connecter à toi, et de te dire ma tristesse immense et incommensurable, te dire combien je suis effondrée, combien je t'aime ma vache, combien le temps passé à tes côtés m'a enrichi et combien tu me manques et continueras de me manquer.
Je ne t'oublierai jamais ma Brina, je te demande pardon, je ne vendrai pas ta viande, je vomirai dessus, 
je voudrai une fois encore te câliner et sentir le poids de ta tête sur moi, je voudrai te traire encore et appuyer ma tête sur ton flanc, sentir l'odeur fumante de ton lait, t'embrasser, te caresser les yeux comme on le faisait toutes les deux, je voudrai être connectée à toi pour que tu saches comme je te suis reconnaissante, comme tu as été une vache incroyable et merveilleuse, 
avec toi c'est une partie de moi qui meurt, une partie de ma vie qui s'efface, je t'aime tant ma Brina, je te demande pardon, cent fois, mille fois , à l'infini.
BRINA J'ECRIS TON NOM, 
je veux qu'on sache quel être tu étais et je ne veux pas que l'on t'oublie, je ne veux pas que l'on te mange."

 

 

MC Hugonnet

 le cri d'alarme.JPG

 

Et puis....... quelques instants plus tard !

 

MC Hugonnet a partagé sa photo.

14 min · 

Les voici, les voilà la Brina et la Muguette sauvées in extremis de l'abattoir par Benoît Biteau et Ste Muz !!
Elles vont couler des jours heureux en Charente-Maritime!!!
Je ne peux dire ma joie, elle est ronde et pleine comme une vache prête à vêler!
Je ne saurai dire suffisamment MERCI!!!!
Une histoire qui finit bien, grâce à FB, c'est surprenant et ça fait chaud et soleil là dedans!
WAOUH!!!
Danse de la joie à la maison, les enfants sont autant ravis et soulagés que moi, 
merci pour mumu et Brina, merci pour mes loulous merci pour tout!!!
Je suis certaine qu'elle vous le rendront au centuples, elles sont aimantes!

15068529_10209146441435348_8523548697924198259_o.jpg
15073522_10209146429515050_1301279304879950014_n.jpg

 

 

Nous sommes allés les chercher en décembre 2016 et depuis, elles coulent des jours paisibles avec nos chèvres !

 

IMG_0037.jpg
IMG_0038.jpg
IMG_0039.jpg
IMG_0040.jpg
IMG_0041.jpg

 

Elles font connaissance avec notre taureau maraîchin...
IMG_0043.jpg
IMG_0047.jpg
IMG_0048.jpg
IMG_0049.jpg

 

IMG_0066.jpg

 

DSCN2698.jpg
DSCN2699.jpg
DSCN2700.jpg
DSCN2701.jpg
DSCN2719.jpg
DSCN2720.jpg

 

En pleine forme depuis... Clin d'œil

 

Les jersiaises , cousines des maraîchines

Si notre race locale (à faible effectif et en démarche conservatoire) est la Maraîchine, il n'en demeure pas moins que la souche originelle a donné naissance aux cinq variétés cousines issues de cette souche.

 

Les 3 variétés les plus proches de la souche originelle sont restées sur le berceau géographique d'origine :

 

- la nantaise au nord de cette zone, robe plus claire

nantaise.jpg

 

 

- la maraîchine sur la façade atlantique, ici celles de notre ferme 

IMG_0025 (2).JPG

 

- la parthenaise dans le bocage (souvent écornées... plus industrielle avec gène "culard". Le gène "culard" provoque chez les bovins une hypertrophie musculaire parfois recherchée pour augmenter le poids et la conformation des carcasses.)

viande-bovine-de-race-parthenaise-produit-full-irqua-poitou-charentes.jpg

Deux autres variétés ont fait souche sur des territoires plus lointains :

 

- l'aubrac en Aubrac issue de bovins déplacés du berceau d'origine vers l'Aubrac par les pèlerins de Compostelle qui s'y sont sédentarisés

Aubrac_FR48_vache_IMF8230.jpg

 

- la jersiaise que d'autres ont installée sur l'île de Jersey.( de petite taille, car elles ont été nanifiées par la consanguinité et pour l'adaptation à la vie sur l'île où les vents sont parfois violents)

 

 579277_10200497992229523_1511378044_n.jpg

 

 

 

 

Ces 5 rameaux ont conservé des caractéristiques de rusticité et de mixité ( lait viande traction) à l'exception de la parthenaise qui a été spécialisée en filière viande. Les caractéristiques laitières beurrières, et fromagères des 4 autres restent leurs principaux atouts.

 

De la conservation de races locales et anciennes à l'agriculture paysanne bio de vente directe : 

C'est aussi pour cette raison que ces vaches Brina et Muguette, jersiaises, ont pu bénéficier de notre accueil dans le cadre de notre démarche cohérente de sauvegarde de races anciennes et cousines, d'autant plus qu'elles étaient certifiées en bio, élevées plein air extensif et traites manuellement par Marie-Claire, notre amie, ayant su créer des délices avec le lait de ces vaches, véritables trésors de savoir-faire perpétués pour le plus grand plaisir des chanceux que nous avons été, d'avoir pu goûter à toutes ces fabrications paysannes et artisanales 100 % bios...

 

Personnellement, j'en ai encore l'eau à la bouche éthique, et je rêve que Marie-Claire me transmette, un jour, lorsqu'elle viendra retrouver ses vaches d'amour, ses quelques secrets de tour de main !

Merci à elle d'avoir su transmettre l'âme des vrais paysans, pas de pays sans paysans...

 

Hommage en images...

 

GEDC8917.JPG

 

Véritable beurre de baratte... lait, confiture de lait, caramels, desserts, glaces, crème fraîche, yaourts, chocolats de Pâques ou de Noël...

 

GEDC8941.JPG
GEDC8943.JPG

 

GEDC7730.JPG

 

945390_10200373618560259_883629646_n.jpg

 

P1000167.jpg

 

 

 

 

GEDC8585.JPG

 

Lorsque je n'étais pas encore devenue paysanne... avec Marie-Claire et Arlette en Limousin, pour le soutien des "paysans sans terres."

 

 

GEDC8661.JPG

La première traite de vache de mon fils en plein plateau des milles vaches...grâce à Marie-Claire.

 

Vidéo souvenir "Aux sans terres et Festival Paysans sans racines" par Stéphanie Muzard 

 

 

La réalisatrice : "Je voudrais témoigner qu'en coeur de France, il existe de superbes initiatives citoyennes et culturelles, éthiques, initiées par notre jeunesse rurale qui respire la beauté intérieure (et extérieure, car ils sont beaux gosses, nos enfants du pays !) et l'intelligence du bien commun, de l'échange et de la rencontre, celle de la créativité et du renouveau d'une autre organisation sociétale, celle de la démocratie participative entrée en sobriété heureuse et active... Loin de la résignation, et loin des clichés, caricatures, d'un certain mépris, manque d'intérêt ou de l'ignorance que certains leur portent. Pour avoir été accueillie dans de nombreux festivals en région ces dernières années du 47 à la Bretagne, je constate d'années et années cette petite graine d'espoir qui germe un peu partout et ça fait un bien fou d'en une être témoin privilégiée... Je remercie Yvan Dugas, et sa compagne Anna, jeunes éleveurs producteurs paysans sans terres qui ont un projet d'installation ainsi que l'ensemble des bénévoles qui m'ont invitée et accueillie à leur festival réussi "des paysans sans racines" au cœur d'une ancienne scierie réhabilitée en lieu culturel à Piégut-Pluviers (24). Je remercie aussi Sara et Damien duo du groupe Keryda (Ariège) pour leur superbe prestation musicale de harpe celtique et de contrebasse, qui ont joué avant la projection débat, le tout accompagnant des photos macros de flore et d'éléments naturels... Ce fût magique.130 spectateurs ont découvert enthousiastes le film "Sans terres et sans reproches", j'ai vendu et dédicacé quelques DVD et fais la connaissance notamment d'une nouvelle copine face book à partir de ce soir... Et puis comme toute belle aventure finit bien... j'ai passé la nuit et ma journée avec Marie-Claire Laferme Meuh en plein plateau des mille vaches chez des paysans toujours sans terres en Limousin... , bon week end donc !" Stéphanie Muzard . Copyright www.latelierdesmuses.com matériel vidéo : www.ruralimages.fr

à la 3:57

 

 

 

Article coécrit et avec la complicité de Benoît, ravi d'acquérir des jersiaises....


25/06/2017
5 Poster un commentaire

Ignace et Hermione : les nouveaux arrivants baudets 2017 à la ferme

Notre baudet Stef ayant subitement disparu en janvier dernier, et seulement âgé de 11 ans, nous nous sommes retrouvés dépourvus d'étalon, lui qui nous a donné une jolie petite ânesse cette année.

Voilà donc Ignace, 21 ans ( choix limité à notre possibilité financière) , vieil étalon Baudet de très belle famille, ayant appartenu au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris.

Il est arrivé samedi dernier le jour de son anniversaire...et a fait connaissance avec "ses cadeaux" ânesses... ainsi que la petite Hermione, née à la ferme fin Avril.

 

Espérons qu'il sera un retraité actif !

 

En tous les cas, il est très élégant...

 

 

 

IMG_20170624_180642.jpg

 

IMG_20170624_180623.jpg

 

Ignace, à droite, en pleine tentative de séduction et d'approche du groupe de femelles...

 

 

 

 

IMG_20170624_180659.jpg

Hermione, la dernière née à la ferme.

 

Nos stagiaires l'ont adoptée de suite...

 

 


25/06/2017
7 Poster un commentaire

Le nouveau potager pédagogique de la ferme


De la terre à l'assiette...

 

DSCN2737.jpg

 

En mars dernier, les travaux de reprise à zéro de l'organisation du potager ont débuté avec Frédéric, un ami de notre ferme, venu d'assez loin pour nous aider avec un grand plaisir partagé à créer des "carrés" rectangulaires...

travaux potager pédagogique (1).jpg

 

Ce potager sert non seulement à l'autonomie alimentaire de la ferme et d'une partie de la nourriture des stagiaires, le surplus est transformé... mais est aussi un terrain d'apprentissages pour les plus jeunes à la reconnection au vivant, la connaissance des plantes sauvages (un peu de botanique), de leur utilisations comestibles, soins phytothérapeutiques (recettes de grands-mères) ou cosmétiques, les semences et semis, les plants, des récoltes de semences, méthodes de luttes biologiques, fabrication de purins, paillages, connaissances de quelques méthodes biodynamiques (calendrier lunaire), cultures associées, connaissances d'insectes et biodiversité, conserves, transformations, recettes, cuisine, l'importance des amendements organiques naturels (fumier des animaux), la multiplication et la gratuité, le troc, le don, la modestie, les échecs et le partage des réussites, les échanges de savoirs ...

 

En effet, la base d'autonomie alimentaire qu'est le simple jardin potager et sa botanique (plantes sauvages)  n'est pas enseigné en lycées agricoles pas plus que les parents de cette génération... C'est un constat fait auprès de lycéens stagiaires qui aiment aussi apprendre ces bases et repartent souvent avec l'envie de faire leur propre potager et découvrent des goûts uniques et des saveurs inédites et saisonnières du frais et du vrai, voire du sauvage ( doucette, pissenlits, soucis, roquette, pourpier, chénopode, ortie, sureau, tilleul, etc).... et parfois des légumes qu'ils ne connaissent pas ( blettes, caviar d'artichauts, herbes aromatiques, etc)

 

Un potager, c'est aussi participer au cycle vertueux de la ferme et éducatif ! 

 

 

 

 

 

 

IMG_0543.jpg
IMG_0546.jpg


23/06/2017
0 Poster un commentaire

Récolte des pommes de terre Kuroda 2017 dans le potager pédagogique

récolte patate kuroda 2017 (8).jpg

 

298 Gr...

 

Pommes de terres Kuroda, 46 plants issus de la ferme, multipliés depuis 3 ans suite à des plants germés achetés en biocoop, plantés dans une surface de 3 m2 le 28 mars 2017,

récolte ce jour le 23 juin 2017, 3 mois après : environ 20 kilos...

Merci l'amendement naturel bio des crottes de chèvres et bouses de vaches élevées en plein air extensif ! ( Il faudra quand même le dire aux végans agressifs coupés des réalités du cycle vertueux naturel des paysans vrais, que sans animaux (heureux) d'élevages bios dans des fermes agroécologiques et permaculturelles, point de fumier animal, point de végétal, céréales, légumes ni sols fertiles !)

Merci Dame Kuroda, variété qui se mange, se replante, se remange...se multiplie.... sans payer un centime aux semenciers et fabricants de poisons chimiques qui brevètent le vivant, le piratent et spolient le travail millénaire des paysans sur cette terre !

 

Pour purée, gratin, frite, au four, sautées.
Variété de peau rouge, chair : jaune, à bon potentiel de rendement, bonne faculté de conservation. 
Variété rustique et productive.

 

 

récolte patate kuroda 2017 (2).jpg
récolte patate kuroda 2017 (3).jpg
récolte patate kuroda 2017 (4).jpg
récolte patate kuroda 2017 (5).jpg

 

récolte patate kuroda 2017(9).jpg


23/06/2017
5 Poster un commentaire