Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Cagnotte phytovictimes alerte aux toxiques


Pétition en soutien à Valérie Murat et l'association Alerte Aux Toxiques poursuivies en justice par le CIVB et les vins de Bordeaux pour avoir démontré la présence de résidus de pesticides dans des vins labellisés Haute Valeur Environnementale

Soutien total et biologique ! Signez ! Partagez !

Pétition en soutien à Valérie Murat et l'association Alerte Aux Toxiques poursuivies en justice par le CIVB et les vins de Bordeaux pour avoir démontré la présence de résidus de pesticides dans des vins labellisés Haute Valeur Environnementale.

 

 

Valérie Murat, activiste bordelaise, dénonçant depuis près de 10 ans les effets des pesticides de synthèse utilisés dans la viticulture girondine, et l’association loi 1901 Alerte Aux Toxiques ! (Alerte Aux Toxiques )dont elle est porte-parole, sont poursuivies par le Comité Interprofessionnel des Vins de Bordeaux (CIVB) et la filière des vins de Bordeaux pour avoir trop bien exercé leur militantisme.

Le 15 septembre dernier Valérie Murat publiait les résultats d’un travail de plusieurs mois, au cours desquels elle a fait analyser 22 vins labellisés Haute Valeur Environnementale (HVE). En démontrant ainsi  la présence de résidus de pesticides dans chacune des bouteilles(Analyses vins HVE) Valérie démontrait la tromperie que constitue pour le consommateur, un label qui ne se démarque pas suffisamment clairement de la viticulture biologique.

Mise au pied du mur, la filière plutôt que de se mobiliser pour améliorer l’image des vins de Bordeaux en sortant des pesticides de synthèse, attaque Valérie Murat et l’association Alerte Aux Toxiques ! en justice pour « dénigrement collectif à l’égard de la filière des vins de Bordeaux ».

Il faut dire que ses représentants dont plusieurs acteurs ont été récemment condamnés, connaissent le chemin du Tribunal. Ces casseroles qui s’accumulent, des chiffres de vente catastrophiques, ajoutés à la problématique des pesticides dans laquelle ils s’enterrent, il n’en fallait pas plus pour qu’ils voient en Valérie Murat le bouc émissaire susceptible d’endosser la responsabilité de leurs propres défaillances.

Forts de leur sentiment de toute puissance, face à Valérie Murat lanceuse d’alerte bénévole, qui plus est travailleuse précaire, le CIVB  et les vins de Bordeaux réclament des sommes exorbitantes dont 100 000 € au titre du préjudice soi-disant subi. Des montants ahurissants démontrant une volonté d’intimidation à l’égard de toute tentative de faire entendre une voix dissidente.

Cette attitude de la part du CIVB et des vins de Bordeaux est attentatoire à la liberté d’association, à la liberté d’expression, au droit à l’information, à la santé publique et dépasse tout entendement. Ceux -là même qui exercent ces poursuites, refusent d’informer la population en amont des traitements des vignes, exposent aux pesticides de synthèse des enfants, refusent malgré une obligation légale, de communiquer aux travailleurs des vignes la liste des produits auxquels ils sont exposés, exploitent leur personnel dans des conditions de travail parfois inhumaines. 

Que nous soyons militants ou simples citoyens ces comportements nous touchent tous.

Fille de James Bernard Murat viticulteur décédé d’un cancer reconnu en maladie professionnelle en lien avec les pesticides de synthèse, Valérie Murat est depuis, sur tous les fronts de la lutte anti pesticides. De la protection des travailleurs exposés via par exemple l’opération Croix blanches (Opération Croix Blanches), à la mise à disposition des mêmes professionnels qui l’attaquent aujourd’hui d’un calendrier de traitement sans pesticides Cancérigènes, Mutagènes, Reprotoxiques (Action Zéro CMR) en passant par les actions pour la protection des populations exposées (Lettre à la préfète ).

Valérie Murat a agi de par ses analyses comme dans toutes ses actions, pour le bien commun en nous informant sur les dangers des pesticides de synthèse et en aiguillant notre consommation.

En ces temps où la liberté d’expression, le droit à la critique n’ont jamais été aussi fragilisés, aucune puissance financière ne saurait avoir raison des lanceurs d’alerte, indispensables à toute société démocratique. C’est pourquoi en signant cette pétition nous apportons notre soutien à Valérie Murat et l’association Alerte Aux Toxiques ! et demandons le retrait de la plainte du CIVB et de l’ensemble des plaignants à leur encontre.

 

 https://www.change.org/p/comit%C3%A9-de-soutien-val%C3%A9rie-murat-soutien-%C3%A0-val%C3%A9rie-murat-face-aux-vins-de-bordeaux?signed=true


27/10/2020
4 Poster un commentaire

#Valérie Murat, Alerte aux toxiques et la plainte du CIVB : des pesticides dans le vin "HVE" , haute qualité environnementale...

Au nom de notre collectif ici, voici un article diffusé depuis le site de notre ferme bio avec soutiens et amis viticulteurs bios sans pesticides

 -------------

Viticulture et pesticides dans le Bordelais : entretien avec Valérie Murat, porte-parole d'Alerte aux Toxiques

En septembre dernier, l'association Alerte aux Toxiques dénonçait la présence de résidus de pesticides dans 22 vins pourtant certifiés "Haute Valeur Environnementale", ou HVE. En réponse, le CIVB a porté plainte pour "dénigrement collectif" contre la filière. Le procès aura lieu le 29 octobre. 

valérie murat K. Jbali 24-10-2020 france 3 Aquitaine
Valérie Murat, porte-parole de l'association Alerte aux Toxiques • © JBALI Karim / France 3 Aquitaine
Le 15 septembre 2020, l'association Alerte aux Toxiques présente des résultats d'analyse de 22 vins certifiés "Haute Valeur Environnementale".

D'après l'association et le laboratoire auquel elle a fait appel, ces vins contiennent tous des résidus de pesticides toxiques pour l'humain ou l'environnement. 
 

Une plainte pour "dénigrement" de la filière 

Une "publicité" que le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux, le CIVB, dénonce comme étant un "dénigrement collectif" contre la filière.

Le CIVB a donc porté plainte contre l'association et sa porte-parole Valérie Murat, et réclame notamment la somme de 100 000 euros en réparation du préjudice.  

Cette plainte sera examinée par le tribunal judiciaire de Libourne, jeudi 29 octobre.

Un procès pour "censurer" la militante ? 

Pour Valérie Murat, ce procès est une manière de "censurer et détruire socialement une militante". "Ils sont en train d'organiser une chasse aux sorcières. [...] Mais c'est eux-mêmes qui sont les plus grands responsables de la mauvaise image du Bordelais qui est véhiculée" estime-t-elle. 

Le 21 octobre, une campagne de financement participatif a été lancée par l'association pour lui permettre de financer sa défense. Sur les 8 500 euros nécessaires, 4695 ont déjà été collectés, auprès de 103 donateurs. 

"C'est considérable. Et c'est bien la preuve que la société civile, et d'autres associations, sont de mon côté, et refusent l'omerta et la censure" réagit Valérie Murat. 
 

Je suis profondément convaincue que ce que je défends est juste et légitime. Il n'y a rien à ajouter à cela.

Valérie Murat, porte-parole de l'association Alerte aux Toxiques

→ Regardez l'interview de Valérie Murat, par Karim Jbali et Nicolas Pressigout : 
 

 
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/viticulture-pesticides-bordelais-entretien-valerie-murat-porte-parole-alerte-aux-toxiques-1887752.amp?fbclid=IwAR3SjUzPl-et28CLOrx9UAJ8aZR8eewsBKSnMUhkugLbQN45xGKCJWCuWfU
 
Cagnotte pour sa défense :
 
https://www.gofundme.com/f/9wpfj7-10000?utm_medium=copy_link&utm_source=customer&utm_campaign=p_lico+share-sheet
 
 
-----------
 
En tant que fondatrice du groupe collectif contre l'empoisonnement des pesticides aériens et terrestres, en tant que paysanne et paysan amateurs de vins biologiques et sans pesticides, nous avons participé au financement de cette recherche scientifique et analyse mais aussi à la cagnotte de sa défense. Merci de participer et de relayer.
Stéphanie et Benoît,
 
logo-collectif-pesticides.jpg
5 118 membres dont plusieurs représentants d'associations elles-mêmes comptant plusieurs membres...
 

26/10/2020
0 Poster un commentaire

Plainte du CIVB contre Alerte aux Toxiques : répondons collectif cagnotte !

que-ton-poison-soit-ton-médoc-web.jpg

illustration de l'article : création pour illustrer un article d'une autre association de phytovictimes, de Marie-Lys Bibeyran, autre lanceuse d'alerte et collectif info médoc pesticides, tous droits d'auteur cédés à l'association. Liberté de création, loi Fleur Pellerin.

 

 

Tribune en préambule :


 

Par Stéphanie Muzard.


Nous avons participé au financement participatif des analyses mais aussi, nous avons effectué un don pour l'association alerte aux toxiques, au nom de la liberté de la circulation de l'information de données scientifiques et d'analyses. résidus de pesticides dans les vins. Les consommateurs ont le droit de savoir !

 

Quand la vérité dérange à coups de science et analyses, certains se plaignent et attaquent qu'elle soit dévoilée alors même qu'ils sont en général scientistes... je boycotte et défends la liberté d'expression, la liberté d'opinion, la liberté de circulation de l'information et la citoyenneté. 

 

Les lobbys des vins de Bordeaux portent plainte et réclament 100 000 € à l'association alerte aux toxiques et aux phytovictimes ( victimes des pesticides) qui osent diffuser des analyses. Il faut faire taire ceux qui dévoilent les substances et pesticides encore présents dans les vins HVE... Val La Mue a mis une cagnotte en ligne pour payer les frais d'avocat pour se défendre de la plainte.

Quant à moi, je boycotte les vins qui ne sont pas bios, AB. Je n'achète que les vins qui respectent un cahier des charges précis, qualité contrôlée et certifiée AB sans produits chimiques ni toxiques.

Il ne s'agit pas de dénigrement mais de vérité et d'analyses dues aux consommateurs, riverains et contribuables...

 

 

L’image contient peut-être : texte qui dit ’Collectif contre l'empoisonnement par des pesticides aériens et terrestres France Europe’

Stéphanie, paysanne et artiste auteur, fondatrice du collectif contre l'empoisonnement des pesticides aériens et terrestres ( 5112 membres dont plusieurs associations elle-même avec de nombreux membres) ,  donatrice pour ces analyses et donatrice pour la défense des associations des phytovictimes, à l'heure où les tribunaux viennent de faire gagner le procès de Paul François contre Monsanto

13 ans d'enfer.... le symbole même de cette PAC de nouveau votée sans une once de pensées à toutes les victimes de la part d'élus qui n'en ont strictement rien à foutre dans leur grande majorité et sont traumatisés par quelques mails de citoyens implorant une nouvelle pac. #Decerle and co c'est dire si vous êtes traumatisés par la démocratie qui s'exprime pacifiquement pendant que vos votes de syndicats d'intérêts enterrent des morts de cancers et de maladies professionnelles. Vraiment, vous vous noyez dans un "vert", mes pauvres, vous êtes à plaindre : rendez-vous comptes des citoyens osent vous demander de prendre en compte leurs vies professionnelles et leurs santés. Pauvres choux.

 

Benoît Biteau :

 

[HVE & Pesticides]
La vérité doit éclater sur l'ampleur de l'imposture HVE (Haute Valeur Environnementale) qui communique sur une démarche de progrès qui n'existe pas tant ces pratiques continuent de massivement utiliser des pesticides, y compris les plus dangereux.
Il s'agit d'une nouvelle fumisterie, instrumentalisée par la FNSEA, à l'instar de "Agriculture Raisonnée" qui tente de peindre en vert, avec une jolie propagande mensongère, des pratiques sans aucune réelle avancée.
Cette assignation au tribunal peut être une réelle opportunité pour faire éclater la vérité, dans le droit fil de la victoire de Paul François dans son procès contre Monsanto.
Soutenons tous ensemble le combat de Valérie! 

 

---------------------- L'affaire et objet de cette cagnotte :

 

À la suite de la publication des analyses des vins labélisés HVE  le 15 septembre 2020  le CIVB a déposé une plainte pour « dénigrement collectif à l’égard de la filière des vins de Bordeaux ». En saisissant, aidé du meilleur cabinet parisien, la présidente du Tribunal de Libourne qui a signé une ordonnance en date du 19/10/2020, le CIVB réclame pas moins « une somme de 100 000 euros en réparation du préjudice collectif subi à raison de ce dénigrement » et l’interdiction de diffusion de ces publications outre diverses sommes annexes signifiant la mort sociale de nos actions. 

La forme de cette plainte avec une audience sous 8 jours est la preuve de la volonté du CIVB de censurer et de faire taire définitivement toute voix qui viendrait contredire leur discours. 

Précédée de menaces par voie d'avocat et mettant à exécution des poursuites, cette plainte nous oblige à nous défendre avec un professionnel. Ce coût considérable représente en revanche l’occasion de marquer un précédent face à la toute-puissance d’un lobby dont l’économie est issue entre autres de l’exploitation et de l’exposition des petites mains précaires de la viticulture et des populations riveraines ainsi que des consommateurs désinformés et victimes de leur marketing.

Le préjudice demandé excède toute objectivité puisqu’Alerte aux Toxiques est une association qui se compose exclusivement de membres bénévoles. 

Soutenir notre défense c’est organiser la lutte contre la censure d’une parole qui dénonce de mauvaises pratiques professionnelles qui exposent chaque année d’avril à septembre des ouvriers viticoles et des populations riveraines à des substances toxiques pour leur santé. 


L’association et sa porte-parole font la promotion des vins respectueux de la santé de l’homme du producteur au consommateur sur le blog de l’association et chaque fois que cela s’avère possible par les différents médias existants.

 

 

Lien cagnotte : 

 

https://www.gofundme.com/f/9wpfj7-10000?utm_medium=copy_link&utm_source=customer&utm_campaign=p_lico+share-sheet 

 

merci de participer

 

 

 

Lien direct articlehttps://alerteauxtoxiques.com/2020/10/21/plainte-du-civb-contre-alerte-aux-toxiques/?fbclid=IwAR1rRAexC8G7gxDcVi5-HCpyHNHWSAVBYhY4qBuiCiz3kVrTBBV7ASo8MVQ

 

 

Plainte du CIVB contre Alerte aux Toxiques

 

 

Communiqué de presse en pdf

À la suite de la publication des analyses des vins labélisés HVE le 15 septembre 2020 [1] le CIVB a déposé une plainte pour « dénigrement collectif à l’égard de la filière des vins de Bordeaux ». En saisissant, aidé du meilleur cabinet parisien, la présidente du Tribunal de Libourne qui a signé une ordonnance en date du 19/10/2020, le CIVB réclame pas moins « une somme de 100 000 euros en réparation du préjudice collectif subi à raison de ce dénigrement » et l’interdiction de diffusion de ces publications outre diverses sommes annexes signifiant la mort sociale de nos actions. 

 

La forme de cette plainte avec une audience sous 8 jours est la preuve de la volonté du CIVB de censurer et de faire taire définitivement toute voix qui viendrait contredire leur discours. 

Précédée de menaces par voie d’avocat et mettant à exécution des poursuites, cette plainte nous oblige à nous défendre avec un professionnel. Ce coût considérable représente en revanche l’occasion de marquer un précédent face à la toute-puissance d’un lobby dont l’économie est issue entre autres de l’exploitation et de l’exposition des petites mains précaires de la viticulture et des populations riveraines ainsi que des consommateurs désinformés et victimes de leur marketing.

Le préjudice demandé excède toute objectivité puisqu’Alerte aux Toxiques est une association qui se compose exclusivement de membres bénévoles

Soutenir notre défense c’est organiser la lutte contre la censure d’une parole qui dénonce de mauvaises pratiques professionnelles qui exposent chaque année d’avril à septembre des ouvriers viticoles et des populations riveraines à des substances toxiques pour leur santé. 

L’association et sa porte-parole font la promotion des vins respectueux de la santé de l’homme du producteur au consommateur sur le blog de l’association et chaque fois que cela s’avère possible par les différents médias existants.  

Lien vers le financement participatif sur GoFundMe pour notre défense

 

Presse :

Rue 89 Bordeaux : Le CIVB porte plainte contre Alerte aux Toxiques pour « dénigrement » à l’égard des vins de Bordeaux

 

 


retours médias sur ce combat contre les pesticides :

 

 
https://rue89bordeaux.com/2020/10/le-civb-porte-plainte-contre-alerte-aux-toxiques-pour-denigrement-a-legard-des-vins-de-bordeaux/?utm_medium=push&utm_source=onesignal&utm_campaign=push-notification&fbclid=IwAR2Iqit9GH2m2cb0i9zR4HA-DyID5vaor2TKF5MfDe7JI_oIaFiqVDT7bhI
 
 

100 000 € pour dénigrement

Les vins de Bordeaux attaquent la pasionaria des antiphytos

https://www.vitisphere.com/actualite-92661-Les-vins-de-Bordeaux-attaquent-la-pasionaria-des-antiphytos.htm?fbclid=IwAR35Nf7X7F_apzz4Cmj-S0yI_zYArKap5mQZCsHdya7QTZIywYAsAQ-1f3Y
 
 
 https://www.smartrezo.com/n31-france/article-plainte-du-civb-contre-alerte-aux-toxiques-muratvalerie.html?id=24620
 

En plein débat sur la Liberté d’Expression , le CIVB appelle à la censure.

 
http://infomedocpesticides.unblog.fr/2020/10/22/en-plein-debat-sur-la-liberte-dexpression-le-civb-appelle-a-la-censure/?fbclid=IwAR1CseUPdASXhE9hdQnvq1P4YUsAwAGlDjBmSFhmqYafcWkXdv6k90sX3-k

22/10/2020
0 Poster un commentaire