Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Rencontre avec deux représentants de la ZADOLERON

Nous avons reçu deux représentants de la zadoléron à la ferme, pendant une bonne partie de l'après-midi, Dimanche, afin de dissoudre les malentendus et éviter une action juridique, éclaircir certains points, informer, débattre, démonter aussi les diffamations ou médisances au sujet de leur lettre ouverte et des "on dit". Ainsi, rien ne vaut une rencontre, où ils ont bien remarqué l'évidence : nous sommes des militants très impliqués et le "standing de l'élu" paysan est dénué d'intérêt personnel ou de corruption. Pas de comptes en Suisse à déplorer. Non, juste l'intérêt supérieur comme étendard. Face à notre sobriété matérielle et à notre engagement qui transpire de partout (Sivens, Echillais, anti ogm notamment) et qui ne peut en aucun cas souffrir de doutes, il a bien fallu admettre que la situation était cocasse. Maintenant , nous avons autour d'un thé et de chocolat bio, calmement, pu dessiner les prémices d'un projet citoyen et réfléchir sur l'avenir ostréicole, celui des filières de la Malconche, celui des milieux pollués de l'estran, celui de l'industrialisation avec les huîtres triploïdes et ses risques et avons décidé d'apporter notre pierre, de contribuer à faire avancer le débat et les solutions. Ils sont partis avec des courgettes bios du potager et mon DVD "Sans terres et sans reproches". On avait tous appris quelque chose lors de cet entretien et nous nous sommes quittés fraternellement. Je remercie Hugo d'avoir eu la lucidité de ne pas envenimer la situation et de faire "pouce!". Il n'est pas grave de se tromper. Le plus grave est de s'entêter sans chercher à comprendre.

Stéphanie Muzard.

 

NB : élu en 2010, Benoît Biteau n'a pas pu voter pour ou contre le projet de Sivens déjà engagé lorsqu'il arrive au comité de Bassin Adour Garonne. Il n'a fait que de tenter une délibération afin de faire échouer tous les projets de retenues d'eau ne correspondant pas à un cahier des charges vertueux.

 

"Le projet de Sivens est engagé, financé à 50 % par l'Agence de l'Eau, voté avant que je n'y siège. J'arrive, je prépare une délibération pour que les stockages ne soient envisagés que lorsque toutes les autres possibilités d'économies d'eau ont été mises en œuvre au préalable (agronomie, agroforesterie, variétés populations, etc..). J'arrive à faire voter, sur le fil du rasoir, cette doctrine de financement vertueuse pour TOUS les prochains projets, dont aucun aujourd'hui ne satisfait ces conditions. En gros, je réussi à mettre en grande difficulté tous les projets de stockage dans les tuyaux sur le périmètre Adour-Garonne. Dans la foulée de ce vote, je suis le seul a demander à ce que cette doctrine soit appliquée, de façon rétroactive à Sivens, afin de tuer le projet. Je me fais incendier par les administrateurs de l'Agence,  je suis bien sur mis en minorité lors du vote. Alors que je suis le seul à avoir tenté jusqu'au bout de faire tomber ce foutu projet".

----------

Le communiqué de la zadoléron : http://zadoleron.com/rencontre.php

 

Rencontre avec Monsieur Benoit Biteau

Une rencontre de dernière minute a eu lieu dimanche après-midi avec Monsieur Benoît Biteau. En réponse à son avis défavorable sur la zad d’oléron, une lettre ouverte avait été écrite sur zad oléron. Il fut décidé que chacun retire son article et que nous partons dorénavant sur de nouvelle bases.

Hugo, Benoit Biteau et Stéphanie Muzard se sont rencontrés dimanche après midi pour discuter. Surprise, l’accueil a été chaleureux, simple et convivial.

Benoît et Stéphanie ont participé à beaucoup de luttes et sont des militants chevronnés. Il est clair que Benoît n’est pas corrompu comme nous avons pu le penser et l’écrire. D’ailleurs Stéphanie a travaillé sur son bilan de mandats !
Notre désaccord sur le champ de filières s’est estompé en quelques heures car il n’y avait que des mal entendus.
Nous avons également posé la question de savoir si oui ou non il avait voté pour le barrage de Sivens, voici sa réponse: "Dans une logique de politique publique préventive j'ai demandé à ce que les orientations de l'Agence de l'Eau soient d'abord orientées vers le soutien de pratiques agricoles faisant référence à l'agronomie, permettant l'économie d'eau par la pratique, par exemple de l'agroforesterie, ou encore de plantes rustiques et moins sensibles à la sécheresse. Et seulement, quand toutes ces pistes de développement œuvrant vers des pratiques économes en eau seront mises en œuvre, alors il est envisageable de soutenir des projets de stockage financés à 100 % par de l'argent public pour garantir la gestion publique du partage de l'eau. Et après le vote de ces grands principes vertueux, j'ai demandé, sans succès, à ce qu'ils soient appliqués rétroactivement au projet de Sivens".
Nous avons fini par conclure qu’il soutiendrait le futur collectif qui sera créé pour surveiller et intervenir sur le SRDAM (14 000hectares de zones potentiels aquacole en Poitou Charente ).

Une prochaine rencontre filmée aura lieu bientôt.



19/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 715 autres membres