Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Pratiques en faveur de l'environnement.

Pratiques en faveur de l'environnement :

 

crapaud-commun.jpg

 

Dès 2007, lors de la création de l’E.A.R.L Val de Seudre Identi’Terre sont mises en place des pratiques en faveur de l’environnement :

  • Arrêt de l’irrigation, malgré l’achat, lors de la reprise de la structure précédente, de 8 forages d’irrigation aujourd’hui inutilisés.
  • Remise en place de prairies sur des zones sensibles où l’agriculture chimique menace les équilibres en aval, des zones humides, du littoral, de l’estran et en mer.
  • Certification de toutes les productions en Agriculture Biologique, écartant toutes utilisations de pesticides, engrais de synthèse, vermifuges et antibiotiques, permettant ainsi la préservation des équilibres, des ressources et de l’eau en particulier, de la biodiversité sauvage et domestique, du climat et de la santé.
  • Agroforesterie, à un rythme de plantation de 1 000 arbres par an ! Aujourd'hui 4000 arbres sont plantés. Parrainage d’arbre avec opération « Arbor et sens, citoyen ! » en cours. Espace enherbé sans fauche dans les rangées d'arbres, zone refuge de biodiversité et d'auxiliaires de cultures. (dont les carabes*, les abeilles, les coccinelles, les papillons, les oiseaux...)
  • Valorisation de 46,60 hectares de prairies humides au cœur de la Réserve Naturelle Régionale de la Massonne, par le pâturage avec des races anciennes, locales, rustiques et menacées de disparition.
  • Mise en chasse gardée de la totalité des surfaces louées par l’E.A.R.L Val de Seudre Identi’Terre, avec interdiction de chasse.
  • Classement en Natura 2000 de la carrière de l’Enfer, site remarquable pour les chauves souris, avec aménagement des parcelles pour améliorer l’habitat et la zone de nourrissage (prairies, haies, agroforesterie).
  • refus des OGM, des Vrth et autres chimères génétiques, mais nous utilisons de semences de ferme, semences paysannes.
  • accueil, pédagogie et éducation à l'environnement tous publics.
  • non labours, et semis direct sous couvert végétal vivant : préservation de la ressource en eau et de la microbiologie des sols.
  • coopération avec les apiculteurs et les abeilles, les insectes et auxiliaires de culture.
  • refuges pour les oiseaux et présence de nombreuses espèces.
  • DSCN3630.JPG
  • Sauvetage d'une chouette Chevêchette d'Europe.

P1040913.jpg

 

Présence de couleuvres, et ici une mue trouvée

:couleuvre.jpg

mue couleuvre (4).JPG

  • préservation de semences potagères et des auxiliaires de culture, cultures associées, paillage, purins naturels, connaissance et utilisation des plantes sauvages

véritable coeur de boeuf 1.jpg

 

Préservation des semences

IMG_0026.jpg

 

Milleperthuis sauvage

IMG_0028.jpg

 

Mauve, soucis calendula, tilleul, etc....

IMG_0165.JPG

Scarabée, hannetons, etc...

IMG_0136.jpg

 

Coccinelles

argiope frelon (8).JPG

Argiope frelon

Annexe informations :

La chauve-souris

image  chauve souris.JPG

 

 


texte chauve souris.JPG

Le carabe

Carabe_doré.jpg
Carabe_doré_recto-verso.jpg

 
(*)

Une étude conjointe entre l’INRA et le BBSRC (Biotechnology and Biological Sciences Research Council) au Royaume-Uni réalisée en 2011, conclut que la présence de carabes dans les champs cultivés serait un moyen de lutte biologique efficace contre les mauvaises herbes car certains carabes consomment des graines et en particulier, de mauvaises herbes. Une meilleure gestion des populations de ces coléoptères permettrait de diminuer l’usage d’intrants (herbicides) et préserverait ainsi la biodiversité[1]. Le carabe serait donc également un bon indicateur de la biodiversité des milieux[2].

Pour favoriser la présence de carabes, il est conseillé de laisser des bandes enherbées sans fauche tous les 70 m[3]. Les phacélies l'attireraient. source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Carabe_dor%C3%A9

 

Biologie des carabes de france. Le Carabus, de l'oeuf à l'insecte parfait en passant par la larve et la nymphe...

Que mangent les carabes ? Où pondent-ils leurs oeufs ? Combien de métamorphoses l'insecte subit-il ? Toutes les réponses sont dans cet article...

//www.antiopa.info/103-carabe-carabus-coleoptere-insecte-carnivore-larve.htm

 

Le crapaud commun :

Un allié de mon jardin..."Comme la plupart des amphibiens, la destruction et l'assèchement des marais ainsi que les pesticides constituent une menace pour l'espèce. Beaucoup de Crapauds communs sont écrasés sur les routes en rejoignant leur zone de reproduction. L'installation de barrières temporaires ou de crapauducs est recommandée pour protéger cet amphibien.

C'est juste après la métamorphose ...et au sortir de l'eau que le Crapaud commun est le plus vulnérable à ses prédateurs, à la déshydratation, aux pesticides et l'écrasement sur les routes.

Adulte, il a peu de prédateurs en raison de sa toxicité : la couleuvre à collier, le héron cendré, le hérisson, la loutre et le putois. Ce dernier est capable de creuser jusqu'à un mètre sous la neige pour capturer un crapaud en train d'hiverner. D'instinct, il n'en consommera que la partie postérieure, sans la peau, afin d'éviter les glandes à venin. Une mouche verte parasite, Lucilia bufonivora (Calliphoridae), pond son œuf dans la narine du crapaud où sa larve se développe et dévore sa tête.

En France, le Crapaud commun est protégé par l'arrêté du 22 juillet 1993 (article 1), et par la convention de Berne (annexe III). Cette espèce est classée parmi les espèces "à surveiller", dans le livre rouge des vertébrés de France. https://fr.wikipedia.org/wiki/Crapaud_commun"
 
Quelques autres espèces :
 
P1050336.jpg
Reinette arboricole à la ferme.
 
P1050693.jpg
Cantharide officinale

 

argus 2 .jpg
Argus

DSCN2365.jpg

hérisson



27/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 700 autres membres