Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Des mains d'artiste, de l'or dans les mains...

Des mains d'artiste, de l'or dans les mains...

sculpture matinale.

Je saisis fermement le moule, ça colle un peu. J'ai peur de gaspiller la matière et de rater le long processus de métamorphose. J'hésite. Je passe d'une main à l'autre ne sachant comment positionner ma main trop petite face à l'enjeu et à la taille. Je n'ai pas des battoires à claquer le beignet des hors-sols mais plutôt à tapoter des touches d'ivoire sur un clavier ou quelques touches de couleurs aquarelles... Allons, bon... "l'éloge de la main", Henri Focillon (1)... ce n'est pas pour les chiens ! On m'a souvent dit que j'avais un sacré "coup de patte "!

 

« L’esprit fait la main, la main fait l’esprit. Le geste qui ne crée pas, le geste sans lendemain provoque et définit l’état de conscience. Le geste qui crée exerce une action continue sur la vie intérieure. La main arrache le toucher à sa passivité réceptive, elle l’organise pour l’expérience et pour l’action. Elle apprend à l’homme à posséder l’étendue, le poids, la densité, le nombre. Créant un univers inédit, elle y laisse partout son empreinte. Elle se mesure avec la matière qu’elle métamorphose, avec la forme qu’elle transfigure. Éducatrice de l’homme, elle le multiplie dans l’espace et dans le temps.»

 

Il faut des gestes précis, rapides. J'ai filmé, dessiné ces gestes plusieurs fois et j'ai vu faire encore hier, ça avait l'air facile. Pas de quoi fouetter un chat. Je ne suis pas plus con qu'une autre ni que mes ancêtres. On n'apprend pas cela à l'école, et c'est dommage ! C'est le B.A.BA.

Allez, courage, et hop hop hop, il ne faut pas hésiter. Dans une main... puis dans l'autre,... on tape au cul, ça se décolle, et vite : on retourne et on remet la matière encore fragile... Rââââahhhhhh, ouf ! C'est bon. ça se passe bien.

Pas beaucoup à faire, quantités très artisanales, presque familiales. Je devrai y arriver.

Deuxième essai. J'hésite encore, j'ai l'impression d'être gourdasse, avec un marron chaud dans les mains pendant quelques secondes qui me paraissent interminables... Hop, hop, hop.....on y va !

Et Merde... raté !

Je mets et remets... ah ben... ça a une gueule de papier mâché...c'est malin, maintenant...c'est tout cassé...on dirait un gloubiboulga !

Apprentissage...

Celui-là, je le met de côté, on verra ce que dit le "patron"...

Je n'aime pas gâcher, surtout le travail des autres. Parce que cette ultime étape, c'est le résultat de milliers d'heures avant en amont. C'est une saison qui recommence, comme tous les ans...et ça fait des millions d'années que des millions d'humains savent faire, un peu partout sur la planète, depuis des civilisations et des civilisations (2)... Je veux aider. Ça n'a pas l'air bien compliqué pourtant.

Bon. Allez, pas la peine de soupirer, de retenir ton souffle comme ça, là, et de suer intérieurement comme si t'avais la responsabilité de la survie de la planète entre tes mains. T'as l'air ridicule.

Tes mains d'artiste en ont vu d'autres !

Troisième essai. Maintenant que la connerie est faite, on va peut-être réussir le reste ?

De toutes façons, je ne le sentais pas celui-là ! Mes mains n'étaient pas assurées, l'hésitation a été fatale. Heureusement que ce n'est pas le bouton pour déclencher une guerre alimentaire !

 

Oui, j'ai de l'or dans les mains...

 

En France, ça s'appelle un fromage paysan de chèvre poitevine bio. A la racine : le "Formage"...

 

Maintenant que j'ai réfléchi à lui donner un nom, créé une identité, il faudrait peut-être assumer un peu la fabrication pour savoir encore plus de quoi tu parles, ma fille.

Toi qui étais auparavant plus apte à déguster ces spécialités d'une France riche des différences...

 

 

Stéphanie, paysanne fromagère improvisée, artiste amoureuse... avril 2014

 

(1) //fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Focillon

Vie des formes

¤ « L'oeuvre d'art est une tentative vers l'unique, elle s'affirme comme un tout, comme un absolu et en même temps, elle appartient à un système de relations complexes... Elle est matière et elle est esprit, elle est forme et elle est contenu... Elle est créatrice de l'homme, créatrice du monde et elle installe dans l'histoire un ordre qui ne se réduit à rien d'autre. »

¤ Cet ouvrage est devenu un classique que tout étudiant en histoire de l'art se doit d'avoir lu. Il témoigne non seulement de la grande érudition de son auteur mais aussi de la perception et de la compréhension des oeuvres d'art, formes construisant l'espace, la matière et l'esprit d'un univers imaginaire dont « les artistes sont les géomètres ».

¤ Un Éloge de la main complète ce texte. « La main arrache le toucher à sa passivité réceptive, elle l'organise pour l'expérience et pour l'action... Elle se mesure avec la matière qu'elle métamorphose, avec la forme qu'elle transfigure, Éducatrice de l'homme, elle le multiplie dans l'espace et dans le temps. »

 

(2) //fr.wikipedia.org/wiki/Fromage

 

P1050439.jpg
P1050440.jpg
P1050442.jpg



24/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 699 autres membres