Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

D'une Licorne ... à Dupré

IMG_0169.jpg

Photos : Stéphanie Muzard (droits réservés)

logo-RN-Massonne.jpg

D'une licorne à... Dupré

J'avais laissé Benoît remplir l'eau pour les vaches et le taureau dans un des prés à la Massonne pour aller sentir et photographier les herbes et fleurs sauvages avec papillons et insectes... j'étais partie pour une escapade sensorielle et sensitive dans les chemins majestueux de la Réserve...

 

 

IMG_0182.jpg

Je le voyais au loin avec ses bêtes puis partir plus loin... Je pensais aux grands peintres, aux tableaux réalistes et impressionnistes, devant ces lumières et ces couleurs de paysages ayant essuyé auparavant un gros orage. Les pinceaux me démangeaient, je pensais à Julien Dupré, Rosa Bonheur, Jean-François Millet, je m'évadais dans mon imaginaire.... et j'imaginais un jour planter mon chevalet dans ce lieu peuplé de sauvages libertés dont nos vaches maraîchines au profil si harmonieux dans les hautes herbes fleuries. OUI, comme j'aimerai en avoir le talent afin d'immortaliser cette paysannerie digne des plus belles heures agriculturelles de l'histoire de France, de l'agriculture de France et de l'Histoire des Arts que le monde nous envie.

 

 

IMG_0176.jpg

Un futur sujet de tableau ?

 

Revenant de mon escapade spirituelle fantasmagorique, je ne voyais plus Benoît, j'appelle.. rien. Je commençais à m'inquiéter. Et puis enfin une voix lointaine... il revient ravi d'avoir retrouvé Coureuse qui manquait à l'appel. Elle était partie mettre bas à l'écart du troupeau dans les fougères et les bois. Ainsi, Licorne est née, entre les mains d'un paysan les pieds sur terre et pendant les rêves étoilés d'une peintre en manque de réalisations picturales, amoureuse d'un paysan ... Aux végans ultras, je dis : ne salissez pas la magie de relations qui vous échappent, de connaissances qui vous échappent, bien loin de l'industrie que nous dénonçons aussi.

 

licorne.jpg



Photo : Benoît Biteau

"Coureuse clôture cet après-midi les mises bas 2015 avec une magnifique femelle née dans les bois de la Réserve Naturelle Régionale de La Massonne, sous ces fameux arbres trop nombreux pour espérer percevoir les aides de la PAC !  Et pourtant n'est-ce pas des conditions idéales de vêlage ? Je vous propose de la nommer Licorne, en référence à l'endroit magique de son lieu de naissance ?"

Benoît.

 

 

EN SAVOIR PLUS :

Très reconnu aux États-Unis, de nombreuses œuvres de Julien Dupré sont conservées dans les musées américains.

 

Julien Dupré (1851-1910) est un peintre français réaliste qui se situe dans la filiation de l'école de Barbizon et plus particulièrement de Jean-François Millet (1814-1875) et de Jules Breton (1827-1906). Il se spécialise dans la peinture de la ruralité et en particulier dans la peinture animalière, dont il est l'un des meilleurs représentants de son époque.

(...)

Au-delà des critiques de l'époque, laudatives ou légèrement dépréciatives, il nous faut bien reconnaître aujourd'hui que les tableaux de Julien Dupré ont une puissance expressive peu commune. Ils constituent une observation minutieuse et juste de la paysannerie, qui représentait démographiquement l'essentiel de la société du 19e siècle. Le traitement de la lumière et de la couleur est à l'égal de celui de Millet, les mouvements des personnages sont remarquablement étudiés. Dupré ne s'est pas trompé en choisissant ses thèmes : il y excelle.
 
 
En savoir plus sur http://www.rivagedeboheme.fr/pages/arts/peinture-19e-siecle/julien-dupre.html#jETKP9CJ5ITdrHSx.99

http://www.rivagedeboheme.fr/pages/arts/peinture-19e-siecle/julien-dupre.html

L'évolution de l'image du paysan

http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=292

Les paysans vus par la Troisième République

http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=43

 

(...)La paix de ces tableaux ressortit à l’univers d’innocence et de bonté que peignent dans le sillage de Rousseau de nombreux écrivains, comme George Sand, marquée par le socialisme idéaliste de la révolution de 1848. A cet agrarisme de gauche répondra, à la fin du siècle, un agrarisme de droite inspiré par la crainte de l’industrialisation et du développement de la classe ouvrière.Dans les années 1880 et 1890, à l’heure où l’exode rural, la crise du phylloxéra, la croissance de l’industrie, la dépression économique, font peser sur le monde rural de lourdes menaces, les agrariens se mettent à défendre une paysannerie qu’ils parent de toutes les vertus. Pour les agrariens de tous bords, la ville et l’usine ne connaissent que fièvre, activité trépidante, anxiété malsaine, alors que les campagnes sont un havre de paix. La sérénité des champs et le repos sacré du paysan s’opposent à l’agitation perpétuelle qui fait de la ville un enfer moderne. Ce thème court jusqu’à La Terre qui meurt de René Bazin et au Retour à la terre de Jules Méline, ministre de la IIIe République, lequel recommandait de revenir vers « la terre nourricière de l’humanité féconde et éternelle ». - See more at: http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=16#sthash.NBoWCnVq.dpuf


15/06/2015
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 715 autres membres