Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

Le "canard" Sud-Ouest atteint de grippe à vert : de la plume, oui ! De la plume Droit, oui et de la plume Droit de réponse ! Par Stéphanie Muzard

cirpyg070612_LRJB_1w.jpg

Busard cendré (Circus pygargus, Montagu’s Harrier) femelle © Alain Fossé

Voici donc les échanges de mails faisant suite à mon 1er article ici.

Je vous informe que j'ai de nouveau écris à la rédaction du journal, ce matin.

 

 

 

Le 8 décembre 2016 à 21:56, Stephanie MUZARD <latelierdesmuses@orange.fr> a écrit :
>

> Bonsoir !

>

>  

> Veuillez trouver ma demande de droit de réponse et ma requête, à ce jour, non faite comme promis au téléphone,  sur ce lien diffusé : http://www.stephaniemuzard.fr/le-canard-sud-ouest-atteint-de-grippe-a-vert-la-coquille-du-buzz-a-buzard-une-espece-protegee-si-je-ne-m-abuse

>  

>  

> Je vous remercie d'en prendre acte, avec humour et cependant sérieux, merci de faire paraître mon droit de réponse, de me le transmettre et de prendre contact avec moi.

>  

> Pensées humanistes, Stéphanie MUZARD

 

> Message du 09/12/16 08:37
> De : "Sud Ouest La Rochelle" <larochelle@sudouest.fr>
> A : "Stephanie MUZARD" <latelierdesmuses@orange.fr>
> Copie à : "Pierre-Emmanuel Cherpentier" <pe.cherpentier@sudouest.fr>, "Luc Bourriane" <l.bourrianne@sudouest.fr>
> Objet : Re: droit de réponse à une coquille

>

Madame,
Le rectificatif concernant votre nom de famille est bien paru dès le lendemain de votre appel, dans notre édition du mercredi 7 décembre en page 16.
Bien cordialement,

Rédaction Sud Ouest
Agence de La Rochelle 

29 avenue Michel Crépeau
17000 LA ROCHELLE
05 16 19 47 40
LA ROCHELLE

 

Voilà donc ma "poésie" du matin du 9 décembre 2015 en copie ....

 

 

Bonjour, 

 

Veuillez trouver mon courrier poétique ci -joint et demande.

 

Merci.

 

Bonne journée.

 

 

 

 

 

Rédaction Sud-Ouest La Rochelle.

Vendredi 9 décembre 2016.

Objet : Droit de Réponse, suite.

 

Bonjour à tous,

Comment ça va bien La Rochelle, ce matin ? Pas trop grippés ?

Alors, effectivement, nous ne risquions pas de le trouver en p16, nous lecteurs (car beaucoup ont épluché votre journal),  en bas à gauche sur une page de faits divers d'hiver, de justice sordide et coincé contre une publicité du Crédit à Gris cols (verts?). 

Je note qu'à la même place que ne l'était votre coquille, 8 lignes, p 11, sous l'ours "Charente-Maritime et Sud-Ouest & vous", en haut en fer à droite, se trouve une rubrique "pourquoi ci pourquoi ça" de 6 lignes qui explique au lecteur la possibilité de vous poser une question.

Alors je pose cette question :

Pourquoi ne pas avoir mis l'erratum à la même place et à la même page que l'erreur commise ? Erreur ou ...  ? Je ne suis pourtant pas "Miteau".

B pour un M et inversement... de l'art d'écrire en majuscule …

Non, je ne suis pas "Miteau" bien qu'ayant épousé Mr Biteau et ayant gardé mon nom de jeune fille MUZARD (ne me faîtes pas le coup de Biteau-Muzard, ce serait un jeu de mot laid un peu gras pour un canard, marchons donc sans boiter, sans mise en boîte à foie gras et volons plus haut !), je ne veux pas croire que la future insertion demandée sera cette fois à la rubrique nécrologique.

Je vais vous expliquer sérieusement pourquoi. Je ne souhaite pas m'appeler Stéphanie Biteau, et ceci par respect, devoir de mémoire, et pour d'autres raisons d'émancipation féminine, car c'était le nom de la jeune petite sœur de mon mari, disparue tragiquement dans un accident de voiture.

Alors je vous remercie d'en tenir compte à l'avenir afin de respecter les personnes. Vous voilà donc éclairés...avec force sympathie et humour.

 

Pour information : 

Forme de la réponse


La réponse prend nécessairement la forme d'un texte écrit, rédigé par la personne mise en cause (ou par le représentant d’une personne morale s’il s’agit d’une entreprise). La rédaction de l'article 13 de la loi de 1881 qui vise des lignes et des caractères exclut toute autre forme d'expression et les illustrations ne sont pas admises. Selon la rédaction actuelle de l'article 13, alinéa 4, la réponse « devra être faite à la même place et en mêmes caractères que l'article qui l'aura provoquée et sans aucune intercalation. Non compris l'adresse, les salutations, les réquisitions d'usage et la signature, qui ne seront jamais comptées dans la réponse, celle-ci sera limitée à la longueur de l'article qui l'aura provoquée. Toutefois, elle pourra atteindre cinquante lignes, alors même que cet article serait d'une longueur moindre, et elle ne pourra dépasser deux cents lignes, alors même que cet article serait d'une longueur supérieure. Cette longueur ne peut être dépassée, même en proposant de payer le surplus. »

 

 

Conclusion : 

Je ne suis donc pas satisfaite de cet erratum, introuvable et bien caché, et je vous prie de bien vouloir insérer une réponse écrite de ma plume, correspondant au même nombre de signes de votre rubrique où s'est glissé un oiseau rare, même place, même page.

A vous de m’indiquer le nombre de signes (de Cygnes ?).

Ci-dessous, l’illustration de mes propos.

Merci et cordialement,

Pensées humanistes, Mme Stéphanie Muzard.

 

 

Erratum sur mon image, il s'agit de la page 16 et non 17...soit 5 pages plus loin.

 

comparatif-emplacement.jpg

 

comparatif-d'emplacement-2.jpg

 

 

 

Ce jour le 10, toujours pas de réaction...

 



10/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 686 autres membres