Benoît Biteau, paysan agronome

Benoît Biteau, paysan agronome

12ème Transhumance JUIN 2015 : MERCI à tous !

Transhumance de l'Earl Val de Seudre Identi'terre, ferme écocitoyenne et conservatoire, bref résumé.

Par Stéphanie.

 

Nous avons été plus de 150 inscrits, voire près de 200 :

une partie de nouveaux, des fidèles et amis,  des bénévoles associatifs LPO et NE 17, quelques voisins agriculteurs, une calèche à petit cheval blanc nous a accompagnés avec des enfants assis dedans, des cyclistes, des mamies, des papis, des parents, des jeunes, des enfants, des bébés, des locaux, des régionaux, et des gens au delà des frontières administratives et  catégories socio-professionnelles : toute une société civile en marche rassemblée avec nos vaches maraîchines pour aider notre agriculture paysanne biologique à traverser 12 kilomètres entre champs, bois , vignes et marais et passer un bon moment solidaire qui a du sens. Même les conducteurs d'automobiles ont été sympas, compréhensifs... des messages chaleureux, des cadeaux, des partages, des retrouvailles, des échanges, des gourmandises, des découvertes et rencontres...Vraiment Merci à tous ceux qui nous suivent et participent, ...rendez-vous en octobre pour le retour !

 

ps : à tous les participants, si vous avez gardé des souvenirs, des images, merci de nous les partager.

 

merci-à-tous.jpg

Photos Stéphanie Muzard et Julien :


Capture.JPG

Photo Mamapasta

photo de Fabien loizeau.jpg

photo Fabien Loizeau

 

fière de sandra.JPG
fière de vous 2.JPG
fière de vous 3.JPG
fière de vous 4.JPG
fière de vous écovolontaires.JPG

 

Fiers de vous, écovolontaires !

 A noter, contrairement à ce que vous allez voir ci dessous :

Nos vaches ne sont pas écornées, elles ne portent pas de colliers avec le wifi et ne mangent pas d'ogm , de granulés, de maïs ensilage et elles se couchent dans l'herbe parmi les fleurs...lorsqu'elles ont chaud, elles se mettent à l'ombre des arbres, lorsqu'il fait froid ou qu'il pleut, elles sont races locales habituées comme dans la vie sauvage, nous n'avons pas d'étables, pas de grange, Elles ont de l'espace pour gambader...elles sont fécondées naturellement par le taureau Abruti... elles ont comme compagnons des chevaux, des hérons garde boeufs, des oiseaux se perchant sur leurs dos...elles ont une génétique qui n'est pas manipulée pour faire des steacks sur pattes, elles vivent presque 20 ans ou plus, ne sont pas "cassées" au bout de 3 ou 4 ans, elles n'ont pas d'antibiotiques, d'hormones, jamais de césariennes...Le veau est sous la mère jusqu'au sevrage à 7 mois. Elles mangent de l'herbe et pas de réforme. Pas de bétaillères, elles  se déplacent au marais à pattes.


Une équipe de tournage France 3 ...

Bémol au JT France 3

 Mon avis ... Ce n'est pas du folklore... c'est de l'agriculture paysanne biologique...le contraire de l'usine des mille vaches (*)...Ce n'est pas parce que le plaisir et le bonheur sont au rendez-vous, que le spectacle est réjouissant, que c'est du "folklore" au sens péjoratif. C'est "juste" un modèle agricole respectueux des animaux, des hommes, du milieu, de la biodiversité, des paysages, des consommateurs, des contribuables, du bon sens. Le bon sens est-il un folklore à l'heure du hors sol ? Comparez avec ce qui se passe à la ferme usine industrielle. Nous avons des aides de citoyens HEUREUX et volontaires. La ferme usine a des citoyens en colère, des employés et des bêtes pas heureux. Le "à l'ancienne" ça permet de rassurer les gens, masquer les mensonges agricolesques, taftesques, industriels et nous faire passer pour du folklore anecdotique...donc rétrograde et passéiste. Merci tout de même aux journalistes de France 3 ...très beau reportage et je pense que le caméraman s'est régalé, en tous les cas, il avait l'air content d'être là, parmi nous, lui aussi ...

 

Bémol, nous ne sommes pas des "exploitants agricoles" dans une "exploitation" mais nous sommes paysans avec une FERME et non une USINE... nos 20 vaches sont en extensif intégral, en liberté. Pas besoin de "méthaniseur" pour du lisier qui polluerait des nappes phréatiques et engendrerait des algues vertes...puisque nous n'avons pas de bâtiments avec aires bétonnées... elles mangent et sont nourries exclusivement à l'herbe, et participent à l'équilibre des milieux faunistiques, floristiques, de la biodiversité et des territoires...elles savent marcher (12 kilomètres aller au rythme de 6 km/h), mettent bas quasi seules, quasi aucun frais de vétérinaires, on les caresse, voir câline...elles meurent de leur mort naturelle et ne finissent pas à l'abattoir comme "steack de vache de réforme". Elles ont besoin des arbres et des bois pour s'abriter, à l'ombre.

 

Tradition   

Les vaches de Charente-Maritime ont aussi leur transhumance

La transhumance des troupeaux n'est pas réservée aux zones de montagne. Cette pratique existe aussi dans les zones humides de la Côte Atlantique. En Charente-Maritime, 150 volontaires ont servi de guide à un troupeau de vaches maraîchines.

  •   C.H
  • Publié le 08/06/2015 | 10:14, mis à jour le 08/06/2015 | 15:21

photo-france-3.jpg

©   Joël Bouchon. France 3      La transhumance solidaire en Charente-Maritime.

 

Pour transférer ses vaches jusqu'au pâturages dans les marais pour l'été, Benoît Biteau, agriculteur à Sablonceaux (17), a délaissé la bétaillère et fait désormais appel à des volontaires qui encadrent son troupeau pendant les 12 kilomètres de trajet. Il privilégie ce moyen de transport depuis 2009 et n'y trouve que des avantages. C'est moins violent pour les animaux, plus écologique et en fait beaucoup plus rapide, selon lui, car cela évite de multiplier les allers-retours en camion.

Nathalie Combès, Joël Bouchon et Philippe Ritaine ont participé à cette "transhumance solidaire" :

 


On en parle ici :

http://larochelle-rebelle.blogspot.fr/2015/06/les-vaches-de-charente-maritime-ont.html


(*) http://www.reporterre.net/Aux-Mille-vaches-Ils-m-ont-traite-comme-un-chien-et-ils-maltraitent-les-vaches

Aux Mille  vaches : « Ils m’ont traité comme un chien et ils maltraitent les vaches »

8 juin 2015          / Marie Astier (Reporterre)     



Les conditions de vie à la ferme-usine des Mille vaches ne sont pas idéales : animaux maltraités, salariés harassés. Reporterre publie un témoignage accablant. Et la réponse de Michel Ramery, qui relativise les faits rapportés.


« Il m’a demandé : il te plaît ton boulot ? J’ai répondu que je devais réfléchir. Il m’a dit, ’T’inquiète, j’ai déjà réfléchi pour toi, tu pars’. » Voici comment notre témoin a été licencié de la ferme-usine des Milles vaches, à Drucat, dans la Somme.

« Ils m’ont traité comme un chien et ils maltraitent les vaches. C’est pour cela qu’aujourd’hui je parle. » Sous couvert d’anonymat, cet ex-salarié de la ferme-usine a accepté de se confier à Reporterre. Il a été renvoyé il y a peu de temps. S’il souhaite qu’on ne dévoile pas son nom, c’est qu’il est actuellement à la recherche d’un nouvel emploi… Pour prouver son identité, il nous envoie une fiche de paie ; il était rémunéré au Smic.

Première surprise, il y aurait plus de 485 vaches dans la ferme-usine. « Cela fait longtemps qu’il y en a plus, on en est à 723 maintenant. Je le sais parce que c’est écrit sur le roto [l’appareil de traite – NDLR] en fin de traite. Des camions amenant de nouvelles vaches arrivent souvent. Le temps où j’étais là, au moins quatre-vingt sont arrivées. On m’a dit qu’elles venaient d’un grand élevage du centre de la France, qui a fermé. » En avril, pourtant, le ministre de l’Agriculture avait promis qu’il faudrait une enquête publique pour aller au-delà de cinq cents bovins.

« Elles sont traites trois fois par jour, sauf les malades qui sont traites deux fois par jour. » Pourquoi traire les vaches trois fois par jour ? « Ils disent que c’est pour éviter la saturation du pis. Parce que quand les pis sont pleins, la vache ne produit plus de lait. » En clair, traire les vaches trois fois par jour permet de leur faire produire plus de lait.

Selon lui, les animaux sont en très mauvaise santé : « Dans le troupeau, il y a au moins 300 vaches qui boitent. Elles sont fatiguées, maigres. Elles ont des ongles trop longs ou des sabots qui pourrissent. Elles marchent à longueur de journée dans leurs excréments. D’habitude, on nettoie tous les deux jours dans ce type d’élevage, là c’est tous les quinze jours. Les vaches sont sales. »

« Dans un élevage normal, quand une vache boite, on regarde ce qu’elle a. Mais là, on ne regarde pas quel est le problème. Les responsables ne veulent pas mettre de produit pour soigner les bêtes, parce que ça coûte cher et que c’est du boulot. »

D’après notre témoin, le responsable qui gère l’élevage au quotidien, Stéphane, « vient du milieu du cochon, du coup il s’occupe n’importe comment des vaches. Il les tue accidentellement. Par exemple, il ne sait pas les faire vêler [accoucher-NDLR], alors une vache a fait une hémorragie interne. »

Résultat : « Il y a au moins deux ou trois vaches qui meurent chaque semaine, c’est beaucoup quand même. Les responsables disent que c’est normal que les vaches soient malades parce qu’il y en a beaucoup. »

Selon le témoignage, ce « patron », Stéphane, « se promène avec une bouteille en verre. Il dit que dedans, il y a du produit pour euthanasier les vaches quand elles sont trop malades. On lui dit que c’est interdit, que c’est au véto de le faire. Il nous répond de nous taire... »

Combien de personnes travaillent-elles dans la ferme-usine ? « Quand je suis arrivé, il y avait une comptable, une secrétaire, deux responsables et trente-trois employés. Quand je suis parti, on n’était plus que quinze. » Il nous décrit des rotations d’équipes minutées, organisées comme à l’usine : « Il y a deux équipes, celle qui travaille de 5 h à 14 h 30 et celle qui travaille de 14 h 30 à minuit. »

Selon lui, « ici on n’est pas respecté ». Stéphane, qui gère aussi le personnel au quotidien, « nous prend pour ses chiens. Quand on laisse traîner nos affaires, par exemple, il les jette. »

« Les salariés sont usés, comme les vaches », résume-t-il.

La réponse de Michel Ramery, propriétaire de la ferme-usine des Mille vaches

Reporterre a pu joindre Michel Ramery, entrepreneur qui a lancé la ferme-usine des Mille vaches. Il nous dit être au Sénégal et accepte de répondre à nos questions. Combien y a-t-il de vaches dans sa ferme ? « A peu près 500 », affirme-t-il. Mais selon nos informations, il y en aurait plutôt 700. « Oui, c’est possible, admet-il. Cela fait un mois que je suis parti, mais il y en a quelques unes de plus qui sont arrivées. Donc mettons 700. »

Autres informations données par notre témoin, qu’il confirme : les vaches sont traites trois fois par jour et une quinzaine de salariés s’en occupent. Il sont payés au Smic, plus les heures supplémentaires.

En revanche, l’entrepreneur nie que les animaux puissent être en mauvaise santé et mal soignés. « Une vache ça vaut de l’argent, ce n’est pas dans notre intérêt de les faire mourir, elles sont bien soignées. Quand quelqu’un perd une vache sur cinquante, ça fait mal. Mais c’est vrai qu’avec 700 vaches, on peut en perdre 14... »

« Les vaches, elles sont soignées parfaitement, affirme-t-il. Je suis un perfectionniste ! »

Pourtant, redisons-nous, on nous rapporte qu’il en meurt deux ou trois par semaine ? « Ce n’est pas trois par semaine ! Les vaches mortes, c’est un problème qu’on a eu au début parce qu’on a dû les ramener en cachette. (…) Au début, on avait un peu plus de mortalité que la normale. On a acheté des vaches un peu partout et elles n’ont pas apprécié le changement de bâtiment. Mais maintenant, on est dans des critères normaux de pertes de vaches. »

Du côté des salariés, leur nombre a-t-il diminué ces derniers temps ? Il conteste vigoureusement. « C’est du non sens, on a plus de vaches, donc on a davantage de salariés pour les traire ! » Il reconnaît que « cinq ou six » employés sont partis. Mais pas parce qu’ils ont été renvoyés : « Il y a un gars qui n’était pas mal, je lui ai demandé pourquoi il ne restait pas, il m’a répondu qu’il gagnait 150 euros de plus au chômage ! »

 

Autres liens sur cette usine et camp de concentration ignoble, hors la loi ...

 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-guerre-des-mille-vaches-combat-ecologiste_1558101.html

http://www.liberation.fr/economie/2015/06/09/la-ferme-des-1000-vaches-admet-etre-passe-de-500-a-pres-de-800-tetes_1326135

AGRICULTURE                 Le système automatisé qui leur distribuait de la nourriture s'est détraqué...            

Loire: Une exploitation de 80 vaches décimée par une surdose alimentaire

 http://www.20minutes.fr/societe/1601371-20150504-loire-exploitation-80-vaches-decimee-surdose-alimentaire

 


 



09/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 686 autres membres